Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Jérémie 32 (Annotée Neuchâtel)

   1 La parole qui fut adressée de la part de l'Eternel à Jérémie, la dixième année de Sédécias, roi de Juda, qui était la dix-huitième de Nébucadretsar. 2 C'était lorsque l'armée du roi de Babylone assiégeait Jérusalem, et Jérémie le prophète était enfermé dans la cour du corps de garde qui était dans la maison du roi de Juda. 3 Car Sédécias, roi de Juda, l'avait fait enfermer, en lui disant : Pourquoi prophétises-tu, en disant : Ainsi a dit l'Eternel : Voici, je vais livrer cette ville au roi de Babylone, et il la prendra ; 4 et Sédécias, roi de Juda, n'échappera point aux Chaldéens ; il sera certainement livré au roi de Babylone, et il lui parlera bouche à bouche et ses yeux verront ses yeux. 5 Et il emmènera Sédécias à Babylone ; il y sera jusqu'à ce que je le visite, dit l'Eternel ; si vous combattez contre les Chaldéens, vous ne réussirez point. 6 Et Jérémie dit : La parole de l'Eternel me fut adressée en ces mots : 7 Voici Hanaméel, fils de Sallum ton oncle, qui vient vers toi pour te dire : Achète pour toi mon champ qui est à Anathoth, car tu as le droit de retrait pour le racheter. 8 Hanaméel donc, fils de mon oncle, vint vers moi, selon la parole de l'Eternel, dans la cour de la prison, et il me dit : Achète, je te prie, mon champ qui est à Anathoth, dans le territoire de Benjamin, car tu as le droit d'héritage et de retrait ; achète-le pour toi. Alors je connus que c'était là une parole de l'Eternel. 9 Ainsi j'acquis d'Hanaméel, fils de mon oncle, le champ qui est à Anathoth, et je lui pesai l'argent ; c'était sept et dix sicles d'argent. 10 Puis j'en passai l'acte et je le scellai ; je pris des témoins et je pesai l'argent dans la balance ; 11 puis je pris l'acte d'acquisition, celui qui était scellé, avec ses stipulations et ses clauses, et celui qui était ouvert, 12 et je remis l'acte d'acquisition à Baruc, fils de Nérija, fils de Mahaséia, en présence de Hanaméel, mon cousin, et des témoins qui avaient signé l'acte d'acquisition, et en présence de tous les Juifs qui étaient assis dans la cour du corps de garde. 13 Puis je donnai cet ordre à Baruc, en leur présence : 14 Ainsi a dit l'Eternel des armées, Dieu d'Israël : Prends ces actes, cet acte d'acquisition qui est scellé et cet acte qui est ouvert, et mets-les dans un vase de terre, pour qu'ils se conservent longtemps. 15 Car ainsi a dit l'Eternel des armées, Dieu d'Israël : On achètera encore des maisons, des champs et des vignes en ce pays.
   16 Et après que j'eus donné à Baruc, fils de Nérija, l'acte d'acquisition, je fis ma requête à l'Eternel, en disant : 17 Ah ! Seigneur Eternel ! voici, c'est toi qui as fait le ciel et la terre, par ta grande puissance et par ton bras étendu ; aucun prodige ne sera trop grand pour toi ; 18 toi qui fais miséricorde en mille générations et qui paies l'iniquité des pères dans le sein de leurs enfants après eux ; le grand Dieu, le héros, dont le nom est l'Eternel des armées ; 19 grand en conseil et riche en exploits ; toi dont les yeux sont ouverts sur toutes les voies des fils d'Adam, pour rendre à chacun selon ses voies et selon le fruit de ses actions ; 20 qui as fait des signes et des miracles dans le pays d'Egypte..., jusqu'à ce jour, et en Israël et dans l'humanité ; et tu t'es fait le nom que tu as aujourd'hui. 21 Tu as retiré Israël ton peuple du pays d'Egypte avec des signes et des miracles, à main forte et à bras étendu, et en répandant une grande crainte ; 22 et tu leur as donné ce pays, que tu avais juré à leurs pères de leur donner, un pays découlant de lait et de miel ; 23 ils y sont entrés et l'ont possédé ; mais ils n'ont point obéi à ta voix, ils n'ont point marché dans ta loi et n'ont rien fait de tout ce que tu leur avais commandé de faire ; aussi tu as fait arriver sur eux tout ce mal-ci. 24 Voici, les terrasses de siège ont atteint la ville ; et par l'épée, la famine et la peste, la ville est livrée aux Chaldéens qui combattent contre elle ; ce que tu as dit est arrivé, et voici tu le vois. 25 Et toi, tu m'as dit, Seigneur Eternel : Achète-toi ce champ à prix d'argent, et prends-en des témoins. Et la ville est livrée aux Chaldéens !
   26 Mais la parole de l'Eternel fut adressée à Jérémie en ces mots : 27 Voici, je suis l'Eternel, le Dieu de toute chair ; y aurait-il un prodige trop grand pour moi ? 28 C'est pourquoi l'Eternel parle ainsi : Voici, je vais livrer cette ville aux Chaldéens et à Nébucadretsar, roi de Babylone, qui la prendra. 29 Et les Chaldéens qui combattent contre cette ville y entreront, et ils y mettront le feu ; ils la brûleront avec les maisons sur les toits desquelles on a fait des encensements à Baal et des libations à d'autres dieux pour m'irriter. 30 Car les enfants d'Israël et les enfants de Juda n'ont fait dès leur jeunesse que ce qui est mal à mes yeux, et les enfants d'Israël n'ont fait que m'irriter par l'oeuvre de leurs mains, dit l'Eternel. 31 Car cette ville n'a été là que pour exciter ma colère et mon indignation, depuis le jour où ils l'ont bâtie jusqu'à ce jour, afin que je la rejette de devant ma face, 32 cause de tout le mal que les enfants d'Israël et les enfants de Juda ont fait pour m'irriter, eux, leurs rois, leurs chefs, leurs sacrificateurs et leurs prophètes, les hommes de Juda et les habitants de Jérusalem. 33 Ils m'ont tourné le dos et non pas la face, et quand j'ai voulu les instruire, les instruire dès le matin, ils n'ont point écouté pour recevoir instruction. 34 Et ils ont mis leurs abominations dans la maison sur laquelle mon nom est invoqué, pour la souiller. 35 Et ils ont construit les hauts-lieux de Baal, qui sont dans la vallée du fils de Hinnom, faisant passer [par le feu] leurs fils et leurs filles pour Moloch ; ce que je ne leur avais point commandé et ce qui ne m'était point venu à la pensée ; faisant cette abomination pour faire pécher Juda. 36 C'est pourquoi l'Eternel, Dieu d'Israël, a dit touchant cette ville dont vous dites : Elle est livrée au roi de Babylone, à l'épée, à la famine et à la peste : 37 Voici, je vais les rassembler de tous les pays où je les aurai chassés dans ma colère, dans mon indignation et dans mon grand courroux, et je les ferai revenir en ce lieu et les y ferai habiter en sûreté. 38 Ils seront mon peuple, et moi je serai leur Dieu. 39 Et je leur donnerai un même coeur et une même marche, afin qu'ils me craignent à toujours, pour leur bien et pour leurs enfants après eux. 40 Et je traiterai avec eux une alliance éternelle ; je ne me retirerai point d'eux pour cesser de leur faire du bien ; et je mettrai ma crainte dans leur coeur afin qu'ils ne se détournent point de moi. 41 Je mettrai ma joie à leur faire du bien, et je les planterai avec fidélité dans ce pays, de tout mon coeur et de toute mon âme. 42 Car ainsi a dit l'Eternel : Comme j'ai fait venir tout ce grand mal sur ce peuple, ainsi je ferai venir sur eux tout le bien que je dis pour eux. 43 Et l'on achètera des champs dans ce pays dont vous dites : C'est un pays dévasté, où il n'y a plus ni homme ni bête ; il est livré aux Chaldéens. 44 On achètera des champs à prix d'argent, et on en passera les actes, on les scellera et on en prendra des témoins dans le pays de Benjamin et dans les environs de Jérusalem, dans les villes de Juda, dans les villes des montagnes, dans les villes de la plaine et dans les villes du midi ; car je ferai revenir leurs captifs, dit l'Eternel.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
Jérémie 32
  • Note de section ou de chapitre
    L'achat d'un champ.
    Dieu, voulant donner au peuple un gage palpable du retour de la captivité, ordonne à Jérémie d'acheter un champ dans le territoire d'Anathoth, au moment même où le siège de Jérusalem approchait de sa fin et où tout le pays allait tomber entre les mains des Chaldéens. Cet ordre renfermait la divine promesse de la réintégration future d'Israël dans la propriété de ses pères. Voir sur ce fait et sa portée, l'introduction.
    Comme symbole prophétique de la délivrance d'Israël, ce fait se rattache étroitement à la prophétie du chapitre précédent.
    • Date et lieu de l'événement, versets 1 à 5
    • l'acquisition du champ par l'ordre de Dieu, versets 6 à 15
    • la prière de Jérémie, versets 16 à 25
    • la réponse de Dieu, versets 26 à 44
  • 32.1 Le siège avait commencé la neuvième année de Sédécias (chapitre 39). L'année suivante, il fut levé momentanément à l'occasion de la diversion tentée par le roi d'Egypte en faveur de Juda (chapitre 37); mais il ne tarda pas à être repris pour aboutir bientôt à la prise de la ville. Comme Jérémie resta libre pendant la première partie du siège et qu'il ne fut emprisonné qu'à l'occasion de cette interruption (37.11-16), le fait ici rapporté ne peut avoir eu lieu que pendant la seconde partie du siège, dans les jours qui précédèrent la catastrophe.
  • 32.2 La cour du corps de garde. Jérémie fut d'abord incarcéré dans la maison de Jonathan; après quoi Sédécias le fit transporter dans le corps-de-garde du palais (37.15-17,21). Il demeura là jusqu'à la fin du siège; mais il lui était permis de communiquer avec ses amis.
  • 32.4 Dès le commencement du siège, le prophète avait annoncé le sort de Sédécias (21.7). Voir ses prédictions répétées sur le sujet : 34.3-5; 38.17-23. Nous avons ici un sommaire de ces prophéties, qui est uniquement destiné à expliquer l'emprisonnement de Jérémie.
  • 32.5 Jusqu'à ce que je le visite. Ce mot peut s'entendre d'un châtiment comme d'une délivrance. Le prophète nous paraît annoncer ici que les malheurs du roi auront un terme (voir à 34.5). Tous ces détails sont propres à faire ressortir le sens et la valeur de l'acte qui va s'accomplir.
  • 32.6 Jérémie dit. Ce verset se rattache au verset 1.
    Le texte ne dit pas à qui il communiqua l'ordre que l'Eternel venait de lui donner intérieurement. Peut-être à son secrétaire et ami Baruc (verset 12); ou bien en général aux personnes qui l'entouraient dans la cour de la prison (même verset).
  • 32.7 Le mot ton oncle s'applique à Sallum, non à Hanaméel (verset 8).
    Droit de retrait. Lorsqu'un Israélite était obligé d'aliéner une portion de son héritage, son plus proche parent avait le droit, même le devoir de la racheter (Lévitique 25.25). Il pouvait cependant se soustraire à cette obligation selon les circonstances, mais en accomplissant certaines formalités (Ruth 4.7; Deutéronome 25.7-9). Le but de ces dispositions était de maintenir intact le lot assigné primitivement dans la terre de Canaan à chaque famille israélite.
  • 32.8 A l'arrivée d'Hanaméel, Jérémie constate la vérité de la révélation qu'il vient de recevoir et se met en devoir d'exécuter l'ordre divin. La loi interdisait sans doute aux sacrificateurs et aux lévites de posséder aucun fonds de terre (Nombres 18.20,23; Deutéronome 18.1). Mais la parole de Salomon à Abiathar 1Rois 2.26, fait bien voir que cette interdiction n'était pas absolue. Les villes des sacrificateurs étaient entourées d'une étroite banlieue pour leurs bêtes et sans doute pour leurs jardins potagers. Ils ne devenaient pas pour cela propriétaires fonciers. Voir Nombres 35.2-4; Josué 21.2; 2Chroniques 11.14 et surtout Lévitique 25.34.
  • 32.9 Sept sicles et dix : peut-être forme usitée dans les actes notariés. La modicité du prix peut s'expliquer par la dépréciation des propriétés en pareilles circonstances ou bien aussi par le peu de valeur qu'avaient ces propriétés sacerdotales dans les conditions rappelées verset 8, note.
  • 32.10 Je le scellai, non pas : j'apposai mon sceau au bas de l'acte; mais : je le fermai par un sceau (verset 11).
  • 32.11 Nous trouvons ici le détail des formalités en usage en Israël, en cas de vente d'immeuble. D'après ce passage, on rédigeait l'acte en deux doubles; l'un restait ouvert pour pouvoir être consulté à toute heure; l'autre ne devait être ouvert que par le juge, dans le cas où le premier devenait suspect d'avoir été altéré
  • 32.12 Baruc. C'est ici la première mention de ce fidèle ami et secrétaire de Jérémie; il est donc naturel que sa filiation soit indiquée à ce moment.
    De tous les Juifs, littéralement : de tous les Judéens ou membres de la tribu de Juda; c'est de ce nom qu'est dérivé postérieurement celui de Juif.
    Qui étaient assis. C'étaient ou des employés ou des gens qui se trouvaient là pour leurs affaires.
  • 32.14 Longtemps : jusqu'à l'époque du retour de la captivité, où les héritiers de Jérémie pourront faire valoir leur titre de propriété.
  • 32.15 Sens sommaire de l'acte précédent.
  • 32.16 Un tel acte, accompli à pareil moment, devait sembler si étrange que Jérémie sent le besoin, moins pour lui-même sans doute que pour le peuple, de s'en expliquer clairement avec l'Eternel.
  • 32.17 En face d'une révélation qui semble dépasser toutes les limites du possible, Jérémie rappelle les actes divins dans le passé; car ce sont autant de raisons de croire à ses promesses pour l'avenir.
  • 32.18 Dans le sein : image expliquée Esaïe 65.6, note.
    Comparez Exode 20.5 6; 34.7; Deutéronome 10.17.
  • 32.20 Jusqu'à ce jour. On peut entendre avec Ostervald : actes et miracles dont la mémoire s'est conservée jusqu'à ce jour; ou expliquer plus simplement : actes et miracles que tu as continués jusqu' ce jour. Ces actes de puissance, Dieu ne cesse de les accomplir et en Israël et au milieu des hommes en général.
    Le mot adam, l'homme, que nous avons traduit par l'humanité, est un substantif collectif, dans lequel s'exprime le sentiment de l'unité de la race humaine, si peu familier à l'antiquité.
    Le nom que tu as aujourd'hui : la connaissance de Jéhova était alors répandue bien au-delà de frontières d'Israël.
  • 32.21 Presque littéralement comme Deutéronome 26.8; comparez aussi Deutéronome 10.17.
  • 32.24 Tu le vois : Tu vois les menaces réalisées, la ville prête à être livrée aux Chaldéens; et pourtant tu sembles ne pas le voir : car tu me donnes un ordre qui paraît en contradiction avec cet état de choses.
  • 32.26 L'Eternel répond à ces doutes que la ruine imminente ne contredit nullement la délivrance à venir; au contraire, en prouvant la fidélité de Dieu à ses menaces passées (versets 27 à 35), elle garantit sa fidélité à ses promesses, actuelles (versets 36 à 44).
  • 32.27 Le Dieu de toute chair. Voir Nombres 16.22.
  • 32.29 La vraie cause de la ruine de la ville n'est pas l'insuffisance des ressources militaires, c'est l'idolâtrie.
  • 32.30 L'œuvre de leurs mains : leur conduite, en général, et non pas uniquement la fabrication de leurs idoles (Deutéronome 31.29)
  • 32.31 Où ils l'ont bâtie. Les Israélites n'avaient pas fondé Jérusalem; mais ils l'avaient reconstruite sous David et Salomon.
  • 32.35 Ce que je ne leur avais point commandé : voir 7.30-31.
    Pour faire pécher Juda. Ces mots prouvent que les reproches renfermés dans ces versets s'adressent surtout aux chefs du peuple, tels qu'Achaz et Manassé qui avaient entraîné celui-ci à toutes ces abominations.
  • 32.36 C'est pourquoi. Le sens de cette liaison est celui-ci : Puisque j'ai été fidèle en châtiant (verset 36), je le serai aussi en relevant (verset 37).
    Dont vous dites. Il y avait contradiction permanente entre le langage de ces gens-là et celui du prophète. Quand Jérémie annonçait l'angoisse, eux criaient : Paix! Paix! Maintenant, en face de l'ennemi prêt à prendre la ville d'assaut, ils se livrent au désespoir; et ce désespoir est un démenti donné aux promesses divines par la bouche de Jérémie.
  • 32.38 Remarquez la relation entre ce verset et 31.1. Jérémie aime à se rappeler, à méditer et à savourer la glorieuse révélation qu'il avait reçue alors.
  • 32.39 Un même cœur et une même marche. L'erreur, dit Gerlach, est multiple; elle est par conséquent un principe de division; la vérité est simple et elle unit. Là où existent la vraie connaissance, la crainte et l'amour de Dieu, là est l'harmonie.
  • 32.40 Ma crainte : Ce mot remplace ma loi dans 31.33. La vraie crainte de Dieu se confond avec l'amour de la volonté divine exprimée dans la loi.
    Afin qu'ils ne se détournent point de moi. Cette vraie crainte conduit et unit l'homme à Dieu, au lieu de l'éloigner de lui.
  • 32.41 Quelle accumulation d'expressions, témoignant de l'intérêt que Dieu leur portera!
    Avec fidélité : Celle de Dieu, non celle de l'homme.
    De toute mon âme. Il est rare qu'une âme soit attribuée à Dieu. Car ce terme désigne, en général le souffle de vie qui anime le corps. Mais ici le prophète veut exprimer avec énergie l'affection en quelque sorte humaine et paternelle que Dieu portera alors à son peuple; comparez Lévitique 26.11-30.
  • 32.42 Comme... ainsi. Deux manifestations opposées de la même fidélité.
  • 32.44 Le pays de Benjamin : cité le premier, parce que ce territoire était celui dans lequel était situé le champ acheté par Jérémie. Mais toutes les parties du pays participeront à ces bénédictions nouvelles, tout irréalisables qu'elles paraissent dans les circonstances actuelles.