Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Marc 12 (Annotée Neuchâtel)

   1 Et il se mit à leur parler en paraboles : Un homme planta une vigne, et l'entoura d'une haie et creusa une cuve et bâtit une tour, il l'afferma à des vignerons, et s'absenta. 2 Et dans la saison, il envoya un serviteur vers les vignerons, afin de recevoir des vignerons des fruits de la vigne 3 Mais eux s'étant saisis de lui, le battirent et le renvoyèrent à vide. 4 Et il envoya encore vers eux un autre serviteur ; et celui-là, ils lui meurtrirent la tête et l'outragèrent. 5 Et il en envoya un autre ; celui-là aussi, ils le-tuèrent ; et plusieurs autres, dont ils battirent les uns, et tuèrent les autres. 6 Il avait encore un unique fils bien-aimé ; il l'envoya vers eux le dernier, disant : Ils respecteront mon fils. 7 Mais ces vignerons dirent entre eux : Celui-ci est l'héritier ; venez, tuons-le, et l'héritage sera à nous. 8 Et s'étant saisis de lui, ils le tuèrent et le jetèrent hors de la vigne. 9 Que fera donc le seigneur de la vigne ? Il viendra et fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d'autres. 10 Et n'avez-vous point lu cette parole de l'Ecriture : La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale pierre de l'angle ; 11 c'est par le Seigneur qu'elle l'est devenue, et elle est merveilleuse à nos yeux ? 12 Et ils cherchaient à s'emparer de lui ; mais ils craignirent la foule ; car ils avaient compris que c'était pour eux qu'il avait dit cette parabole. Et le laissant, ils s'en allèrent.
   13 Et ils envoient vers lui quelques-uns des pharisiens et des hérodiens, afin de le surprendre en parole. 14 Et étant venus, ils lui disent : Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne te mets en peine de personne ; car tu ne regardes point à l'apparence des hommes, mais tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité : Est-il permis ou non de payer le tribut à César ? Payerons-nous, ou ne payerons-nous pas ? 15 Mais lui, connaissant leur hypocrisie, leur dit : Pourquoi me tentez-vous ? Apportez-moi un denier, afin que je voie. 16 Et ils l'apportèrent. Et il leur dit : De qui est cette image et cette inscription ? Ils lui dirent : De César. 17 Et Jésus leur dit : Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Et ils étaient dans l'étonnement à son sujet.
   18 Et des sadducéens, qui disent qu'il n'y a point de résurrection, viennent vers lui. Et ils l'interrogeaient, disant : 19 Maître, Moïse nous a prescrit que si le frère de quelqu'un meurt, et laisse une femme et ne laisse point d'enfant, son frère prenne la femme et suscite postérité à son frère. 20 Il y avait sept frères ; et le premier prit une femme, et en mourant ne laissa point de postérité ; 21 et le second la prit, et il mourut, ne laissant point de postérité ; et le troisième de même. 22 Et les sept n'ont point laissé de postérité. Après eux tous, la femme mourut aussi. 23 En la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d'eux sera-t-elle femme ? car les sept l'ont eue pour femme. 24 Et Jésus leur dit : N'est-ce pas à cause de ceci que vous êtes dans l'erreur, c'est que vous ne connaissez pas les Ecritures, ni la puissance de Dieu ? 25 Car, quand on ressuscite des morts, on ne se marie point, on n'est pas donné en mariage ; mais on est comme les anges dans les cieux. 26 Or, quant aux morts, et à ce qu'ils ressuscitent, n'avez-vous point lu, dans le livre de Moïse, au passage où il est question du buisson, comment Dieu lui parla, en disant : Je suis le Dieu d'Abraham, et le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob ? 27 Il n'est point le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes donc grandement dans l'erreur.
   28 Et l'un des scribes, qui les avait entendus discuter ensemble, voyant qu'il leur avait bien répondu, s'approcha et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? 29 Jésus répondit : Le premier est : Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur. 30 Et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force. 31 Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a point d'autre commandement plus grand que ceux-ci. 32 Et le scribe lui dit : Bien, Maître, tu as dit selon la vérité, qu'il est l'Unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui ; 33 et que l'aimer de tout son coeur et de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer le prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. 34 Et Jésus, voyant qu'il avait répondu avec sagesse, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger.
   35 Et Jésus reprenant la parole disait, enseignant dans le temple : Comment les scribes disent-ils que le Christ est fils de David ? 36 David lui-même a dit par l'Esprit-Saint : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis sous tes pieds. 37 David lui-même l'appelle Seigneur, comment donc est-il son fils ?... Et la foule nombreuse l'écoutait avec plaisir.
   38 Et il disait dans son enseignement : Gardez-vous des scribes, qui se plaisent à se promener en robes longues et qui recherchent les salutations dans les places publiques 39 et les premiers sièges dans les synagogues et les premières places dans les festins, 40 eux, qui dévorent les maisons des veuves, et cela en affectant de faire de longues prières ; ceux-là subiront un jugement plus rigoureux.
   41 Et Jésus s'étant assis vis-à-vis du trésor, regardait comment la foule mettait de la monnaie dans le trésor. Et plusieurs riches mettaient beaucoup. 42 Et une pauvre veuve vint et mit deux pites, qui font un quart d'as. 43 Et, ayant appelé à lui ses disciples, il leur dit : En vérité, je vous dis que cette pauvre veuve a mis dans le trésor plus que tous ceux qui y mettent. 44 Car tous ont mis de leur superflu ; mais celle-ci a mis de son indigence, tout ce qu'elle avait, toute sa subsistance.

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique. Plus d'informations
Marc 12
  • 12.1 Et il se mit à leur parler en paraboles : Un homme planta une vigne, et l'entoura d'une haie et creusa une cuve et bâtit une tour, il l'afferma à des vignerons, et s'absenta. Chapitre 12.
    Voir, sur cette parabole, Matthieu 21.33-46, notes ; comparer : Luc 20.9-19.
    Quels sont les auditeurs de Jésus désignés par ce pronom leur ?
    Selon notre évangile, il n'y a pas de doute qu'il ne s'adresse aux sacrificateurs et aux scribes envoyés en députation auprès de lui, (Marc 11.27) car cette parabole se rattache immédiatement à l'entretien qui eut lieu à cette occasion. (Voir, du reste, verset 12)
    Dans Matthieu, cette liaison du discours est encore plus évidente, car, après avoir adressé à ces mêmes hommes la similitude des deux fils, il continue en ces termes : "Ecoutez une autre parabole."
    Luc (Luc 20.9) dit que Jésus s'adresse au peuple ; cela est également dans la situation, puisque le peuple que Jésus enseignait sous les portiques du temple, quand la députation vint le trouver, (Marc 11.27, note) l'entourait encore et assistait à l'entretien avec les délégués du sanhédrin.
  • 12.2 Et dans la saison, il envoya un serviteur vers les vignerons, afin de recevoir des vignerons des fruits de la vigne Des fruits de la vigne, c'est-à-dire une partie des fruits.
    Telle est aussi l'expression de Luc ; elle signifie que le maître avait accordé avec les vignerons qu'il recevrait une certaine quantité des produits de la vigne, tandis qu'eux-mêmes garderaient le reste pour leur travail.
    Il y a une légère différence dans Matthieu, qui dit d'une manière plus absolue : les fruits, ou même ses fruits. Dans ce cas, le maître aurait recueilli tous les produits et payé les vignerons pour leur labeur. Dans l'un et l'autre cas, ce que le propriétaire attend des vignerons ce n'est pas de l'argent, mais des produits de la vigne. Ce détail n'est pas sans importance pour le sens de la parabole.
  • 12.4 Et il envoya encore vers eux un autre serviteur ; et celui-là, ils lui meurtrirent la tête et l'outragèrent. Le texte reçu avec A, C, majuscules porte : "lui meurtrirent la tête en le lapidant et le renvoyèrent outragé."
    La première variante est une glose tirée de Matthieu, la seconde est formée d'après le verset 3.
  • 12.5 Et il en envoya un autre ; celui-là aussi, ils le-tuèrent ; et plusieurs autres, dont ils battirent les uns, et tuèrent les autres. L'envoi de ces serviteurs, que Matthieu raconte sommairement, est ici exposé en détail, avec une double gradation qu'il faut observer : gradation dans la longue patience du maître, qui envoie successivement trois serviteurs, puis, successivement encore, plusieurs autres.
    Gradation aussi dans la nature des mauvais traitements que les vignerons infligent à ces serviteurs : battre et renvoyer à vide ; meurtrir et outrager ; enfin tuer.
    Ces serviteurs représentent la longue suite de prophètes que Dieu envoya à son peuple sous l'ancienne alliance pour recueillir au milieu de lui des fruits de repentance, d'obéissance et d'amour. Elle peint d'une manière non moins fidèle l'endurcissement croissant de ce peuple, qui va mettre le comble à son inimitié contre Dieu. (verset 6)
  • 12.6 Il avait encore un unique fils bien-aimé ; il l'envoya vers eux le dernier, disant : Ils respecteront mon fils. Le texte reçu porte : "Ayant donc encore un fils unique, son bienaimé, il l'envoya, lui aussi vers eux, le dernier."
    Les mots soulignés marquent des variantes de peu d'importance.
    - C'est le trait solennel, émouvant du récit de Jésus.
    Marc et Luc le font admirablement ressortir, chacun à sa manière. C'est le suprême effort de la tendre miséricorde de Dieu. Qui ne se rappellerait, en lisant ces mots, la grande parole de Jésus : (Jean 3.16) "Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique !"
  • 12.7 Mais ces vignerons dirent entre eux : Celui-ci est l'héritier ; venez, tuons-le, et l'héritage sera à nous. Quelle révélation de ce qui se passait dans le cœur des adversaires, auditeurs de Jésus ! Leur but principal, en mettant à mort le Messie envoyé de Dieu, était précisément de rester en possession de la théocratie, des avantages, de l'influence, des honneurs qu'elle leur donnait et qu'ils craignaient de perdre.
    Dans tous les temps, les ennemis du Sauveur ont le sentiment plus ou moins conscient qu'en se débarrassant de lui, de sa vérité, de son autorité, ils resteront en possession d'eux-mêmes, de leurs intérêts terrestres, et de leur orgueilleuse indépendance vis-à-vis de Dieu.
  • 12.8 Et s'étant saisis de lui, ils le tuèrent et le jetèrent hors de la vigne. Matthieu et Luc rangent ces deux actions dans un ordre inverse : "le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent."
    Dans le récit de la parabole, cette différence n'a aucune importance ; seulement, l'ordre adopté par Marc serait un argument contre l'idée que Jésus fait ici allusion aux circonstances particulières de sa mort.
    Sans doute, il fut crucifié hors de Jérusalem ; mais Jérusalem n'est pas la vigne qui, dans la parabole, représente le royaume de Dieu. (Matthieu 21.43)
    Ce qui a donné l'idée de rapprocher ce trait de la parabole du fait que Jésus fut crucifié hors de la ville, c'est une parole de l'épître aux Hébreux. (Hébreux 13.12)
  • 12.9 Que fera donc le seigneur de la vigne ? II viendra et fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d'autres. Selon Marc et Luc, c'est Jésus qui fait la question et la réponse. Dans Matthieu, ce sont les adversaires eux-mêmes qui, interrogés par le Seigneur, sont forcés de prononcer une sentence de condamnation sur les vignerons, ignorant dans leur aveuglement que cette sentence retombait directement sur leurs propres têtes.
    Quelques interprètes, afin de mettre Marc et Luc en harmonie avec Matthieu, attribuent ici la réponse aux sacrificateurs et aux scribes, mais cela n'est nullement marqué dans le texte. Dans l'un et l'autre cas, la sentence reste la même et, sortant de la bouche du Seigneur, elle n'en est que plus redoutable.
  • 12.11 c'est par le Seigneur qu'elle l'est devenue, et il elle est merveilleuse à nos yeux ? Voir, sur cette citation, Matthieu 21.42, note, et sur le sens général de la parabole, verset 43, note.
  • 12.12 Et ils cherchaient à s'emparer de lui ; mais ils craignirent la foule ; car ils avaient compris que c'était pour eux qu'il avait dit cette parabole. Et le laissant, ils s'en allèrent. Pour eux, grec en vue d'eux, par rapport à eux.
    Logiquement, les trois premières phrases de ce verset devraient être construites ainsi : "Ils cherchaient à le saisir ; car ils avaient compris, etc. ; mais ils craignaient la foule."
    Le car, en effet, n'est pas destiné à motiver la crainte qu'ils avaient, mais leur dessein de faire mourir Jésus.
    Si telle n'était pas la vraie construction, il faudrait admettre avec Meyer que ces mots : ils avaient compris se rapportent non aux adversaires de Jésus mais aux hommes de la foule, ce qui est impossible, parce que la dernière phrase : et le laissant, ils s'en allèrent, ne peut avoir pour sujet que ces mêmes adversaires.
    - Ainsi, tel est l'endurcissement de ces hommes, que cette redoutable parabole, qu'ils ont très bien comprise, ne fait que les affermir dans leurs desseins meurtriers à l'égard du Sauveur.
  • 12.13 Et ils envoient vers lui quelques-uns des pharisiens et des hérodiens, afin de le surprendre en parole. 13 à 34 Questions posées par des pharisiens à des hérodiens, pas les saduccéens, par l'un des srcibes.
    Grec : de le prendre par une parole.
    Voir, sur les deux récits qui suivent, Matthieu 22.15-33, notes, et comparez Luc 20.20-40.
    Quel est le sujet de ce verbe : ils envoient ?
    D'après Marc 11.27 ; 12.12, ce sont les principaux sacrificateurs, les scribes et les anciens qui avaient été délégués par le sanhédrin.
    Matthieu attribue aux pharisiens l'initiative de cette nouvelle démarche ; ceux-ci avaient en effet la majorité dans le sanhédrin.
    Marc de même que Matthieu, désigne ceux qui sont ici envoyés pour surprendre Jésus par une question captieuse, comme des pharisiens et des hérodiens, deux partis ennemis qui s'unissent dans le même mauvais dessein.
    (Voir sur les pharisiens Matthieu 3.7, note, et sur les hérodiens Matthieu 22.16 note.)
  • 12.14 Et étant venus, ils lui disent : Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne te mets en peine de personne ; car tu ne regardes point à l'apparence des hommes, mais tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité : Est-il permis ou non de payer le tribut à César ? Payerons-nous, ou ne payerons-nous pas ? Grec : Donnerons-nous ou ne donnerons-nous pas ?
    Marc seul ajoute cette seconde question précise et personnelle, à la première qui concernait le principe. Sur le danger qu'il pouvait y avoir pour Jésus dans la solution de cette question, voir Matthieu 22.17, note.
  • 12.15 Mais lui, connaissant leur hypocrisie, leur dit : Pourquoi me tentez-vous ? Apportez-moi un denier, afin que je voie. Connaissant leur hypocrisie. Voilà bien celui qui sonde les cœurs. (Jean 2.25)
    Dès lors sa question : Pourquoi me tentezvous ? devait révéler à ces hommes l'inutilité et la folie de leur dessein.
  • 12.17 Et Jésus leur dit : Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Et ils étaient dans l'étonnement à son sujet. D'après une variante de Sin., B, C, admise par les meilleurs critiques, l'ordre des mots est le suivant : Ce qui est de César, rendez-le à César, et ce qui est de Dieu à Dieu.
    Marc seul a cette construction plus frappante en ce qu'elle attire tout d'abord l'attention sur la distinction à faire entre les choses de la politique et celles de la religion, entre les devoirs du citoyen et ceux du chrétien.
    Par cette parole, Jésus n'exprimait pas seulement une profonde vérité morale (voir Matthieu 22.21, note), mais il sortait victorieux du piège que lui tendaient ses adversaires, et en même temps il brisait leur alliance momentanée ; car les pharisiens ne voulaient pas rendre à César le tribut qui lui appartenait, et les hérodiens, mondains et frivoles, étaient tout aussi peu disposés à rendre à Dieu ce qui est à Dieu, c'est-à-dire leurs cœurs et leurs vies.
    Le mot grec désigne à la fois l'étonnement et l'admiration ; mais si le peuple admirait, les adversaires reçurent sans doute une impression toute différente.
    - Le texte reçu dit : ils furent (aoriste) dans l'étonnement, mais il faut remarquer cet imparfait du vrai texte qui exprime la durée, la permanence de cette impression.
  • 12.18 Et des sadducéens, qui disent qu'il n'y a point de résurrection, viennent vers lui. Et ils l'interrogeaient, disant : Voir, sur ce récit, Matthieu 22.23-33 notes, et sur les sadducéens, parti opposé aux pharisiens, Matthieu 3.7 note.
  • 12.19 Maître, Moïse nous a prescrit que si le frère de quelqu'un meurt, et laisse une femme et ne laisse point d'enfant, son frère prenne la femme et suscite postérité à son frère. Deutéronome 25.5,6. Ce passage renferme à la fois la prescription légale dont il s'agit, et le but du législateur, qui était la conservation des familles et des tribus en Israël.
  • 12.23 En la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d'eux sera-t-elle femme ? car les sept l'ont eue pour femme. De ces deux termes, qui paraissent un pléonasme, en la résurrection, quand ils seront ressuscités, le premier exprimer l'idée d'une résurrection universelle, le second s'applique à la résurrection des sept frères et de la femme, mentionnés dans ce récit.
    Comme les sadducéens ne croyaient pas que les morts revivent, (verset 18) leur question se réduisait à une ironie.
  • 12.24 Et Jésus leur dit : N'est-ce pas à cause de ceci que vous êtes dans l'erreur, c'est que vous ne connaissez pas les Ecritures, ni la puissance de Dieu ? Ignorer les Ecritures et la puissance de Dieu, telle est la double source habituelle de l'erreur et de l'incrédulité.
    Or Jésus prouve ici (verset 25) la puissance de Dieu par le fait que sa parole créatrice saura rendre aux morts un corps glorifié, digne de leur existence nouvelle ; puis il démontre la vérité profonde des Ecritures par la citation qu'il en fait et la conclusion qu'il en tire. (versets 25,27 ; comparez Matthieu 22.30-32, notes.)
  • 12.26 Or, quant aux morts, et à ce qu'ils ressuscitent, n'avez-vous point lu, dans le livre de Moïse, au passage où il est question du buisson, comment Dieu lui parla, en disant : Je suis le Dieu d'Abraham, et le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob ? Exode 3.6 Grec : Au buisson, comment Dieu lui parla.
    L'ordre des mots et l'analogie de Romains 11.2 recommandent la version que nous avons admise.
    La traduction ordinaire est : "dans le livre de Moïse, comment Dieu lui parla dans le buisson."
  • 12.27 Il n'est point le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes donc grandement dans l'erreur. Grec :, Vous donc, vous errez grandement, par la double cause indiquée au verset 24
    - Tischendorf omet les mots : vous donc, d'après Sin., B, C.
  • 12.28 Et l'un des scribes, qui les avait entendus discuter ensemble, voyant qu'il leur avait bien répondu, s'approcha et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? Grec : De quelle nature est le premier commandement de tous ?
    Voir, sur cette section, Matthieu 22.34-46, notes.
    Selon Matthieu, ce scribe serait venu à Jésus, envoyé par les pharisiens et lui aurait proposé sa question pour le tenter ou l'éprouver.
    Dans notre évangile, cette dernière idée disparaît complètement, et tout l'entretien qui va suivre est plein de bienveillance de part et d'autre. Il faut reconnaître cette différence, sur laquelle pourtant comparez Matthieu 22.35, note.
  • 12.31 Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. II n'y a point d'autre commandement plus grand que ceux-ci. Voir, sur la question du scribe et la réponse du Sauveur, Matthieu 22.36-39, notes.
    Au verset 29, le texte reçu porte les mots : Le premier de tous les commandements est celui-ci.
    La plupart des critiques adoptent la leçon de Sin., B, qui porte simplement : Le premier est. Ensuite, le texte reçu avec A, D, majuscules ajoute au verset 30 : c'est là le premier commandement, glose inutile. Enfin, le texte reçu avec A, et les majuscules, après les mots : Voici le second, dit encore qui lui est semblable, termes empruntés à Matthieu.
    - Quant à la citation, faite par le Sauveur, du grand commandement de l'amour, Marc seul la fait précéder de ces mots : Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur.
    Ces paroles, empruntées à Deutéronome 6.4,5, s'y trouvent exactement dans le même rapport avec le saint devoir d'aimer Dieu. C'est qu'un Dieu unique peut seul être l'objet de l'amour suprême de la créature, comme à son tour cet amour constitue l'unité et l'âme de tous les commandements.
    Il faut observer encore qu'à ces trois termes, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, qui se trouvent dans Matthieu, Marc ajoute : de toute ta force, conformément à l'hébreu, qui, par contre, ne renferme pas le mot de pensée. (Comparer Matthieu 22.37, note.)
    - Enfin, le commandement concernant l'amour du prochain est cité ici d'après Lévitique 19.18.
  • 12.32 Et le scribe lui dit : Bien, Maître, tu as dit selon la vérité, qu'il est l'Unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui ; La réponse du scribe et l'approbation que Jésus lui donne (versets 32-34) ne se trouvent que dans Marc.
    Le scribe relève tout d'abord le grand principe de l'unité de Dieu, rappelée par le Sauveur, et y adhère avec conviction. Cela n'est pas étonnant chez un Israélite ; mais ce qu'il ajoute, sur l'amour pour Dieu et pour le prochain, révèle les excellentes dispositions de son cœur.
  • 12.33 et que l'aimer de tout son cœur et de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer le prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. Pensée profonde et éminemment scripturaire. (1Samuel 15.22 ; Psaumes 40.7)
    - Dans son énumération des facultés de l'âme qui toutes doivent être pénétrées de l'amour de Dieu, le scribe remplace le mot de pensée (verset 30) par celui d'intelligence, par où il entend sans doute cette raison supérieure et morale qui pénètre et embrasse tout entier le rapport de l'homme et de Dieu, unis par l'amour. Pour bien saisir le sens de ce mot, il faut en juger par son contraire, tel qu'on le trouve dans Romains 1.21,31.
    Le texte reçu avec A, D, majuscules, ajoute, après intelligence : et de toute son âme.
  • 12.34 Et Jésus, voyant qu'il avait répondu avec sagesse, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger. Le terme que nous traduisons ainsi est composé d'un mot qui a toujours dans l'Ecriture un sens à la fois intellectuel et moral.
    C'est l'entendement appliqué aux vérités divines. (Comparer Luc 24.45 ; 1Corinthiens 14.14,15,19)
    Jésus, qui lisait dans le cœur de ce scribe et connaissait la sincérité et le sérieux des paroles qu'il venait de prononcer, pouvait, afin de l'encourager, lui rendre ce beau témoignage, et il le lui rendit sans doute avec d'autant plus de joie et d'amour que son interlocuteur appartenait à une classe d'hommes généralement opposés à son enseignement.
    - N'être pas éloigné du royaume de Dieu, c'est en être proche, mais n'y être pas entré encore. Pour bien comprendre cette parole, il est évident qu'il ne faut pas entendre le royaume de Dieu dans son accomplissement futur et glorieux, mais dans sa signification actuelle, intime : on est ou l'on n'est pas dans ce royaume selon les dispositions du cœur. (Luc 17.21 ; Jean 3.5)
    Matthieu (Matthieu 22.46) fait cette même observation à la suite de la question sur l'origine du Christ. (verset 37)
    Marc la place à la suite de l'entretien sur le plus grand commandement. Cet entretien dut faire une vive impression sur les adversaires, puisque l'un des leurs venait de se déclarer d'accord avec Jésus sur le point central de la vraie religion.
  • 12.35 Et Jésus reprenant la parole disait, enseignant dans le temple : Comment les scribes disent-ils que le Christ est fils de David ? 35 à 40 La question posée par Jésus. Gardez-vous des scribes.
    Grec : Jésus répondant...(Matthieu 11.25, note.) Ce mot rattache étroitement la question de Jésus à la remarque précédente. Jésus répond au silence par lequel ses adversaires avouaient leur défaite, en prenant l'offensive contre eux.
    Matthieu (Matthieu 22.41, voir les notes) introduit cette question en nous montrant Jésus entouré de pharisiens auxquels il l'adresse. Mais il y avait là d'autres auditeurs, très nombreux, qui paraissent avoir profité de cet enseignement plus que les adversaires. (verset 37)
    - Jésus attribue aux scribes l'opinion régnante que le Christ ou le Messie devait être fils de David. Ces scribes, ou docteurs de la loi, étant les théologiens du temps, (comparer : Matthieu 23.2, note) ce qu'ils enseignaient à cet égard devait avoir de l'importance aux yeux du peuple. Jésus approuve leur opinion et s'en sert pour proposer à ses auditeurs une grave question concernant sa personne.
  • 12.36 David lui-même a dit par l'Esprit-Saint : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis sous tes pieds. Par l'Esprit-Saint, ou (grec) dans l'Esprit-Saint.
    Matthieu dit : en esprit, c'est-à-dire éclairé, animé par l'Esprit de Dieu, comme l'étaient tous les prophètes, quand ils recevaient une révélation divine qu'ils devaient transmettre à leur peuple. (2Pierre 1.21)
    - Il faut remarquer ce mot : David lui-même, répété au verset 37, avec une intention marquée, afin de mettre le terme qu'emploie David : mon Seigneur, en parallèle avec le titre que donne à Jésus l'opinion courante : son fils. (verset 37)
    Psaumes 110.1. Voir, sur cette citation, Matthieu 22.44, note.
  • 12.37 David lui-même l'appelle Seigneur, comment donc est-il son fils ?... Et la foule nombreuse l'écoutait avec plaisir. Grec :, et d'où est-il son fils ? par quelle cause, puisqu'il l'appelle Seigneur ?
    Matthieu et Luc disent : Comment est-il son fils ? Voir sur cette question, Matthieu 22.45, note.
    A la question du Sauveur, personne ne répond ; (Matthieu 22.46) il se fait un silence significatif. La foule l'écoutait avec plaisir, jouissait de voir les scribes pris au dépourvu. Cette disposition la rendait propre à recevoir le sévère avertissement que Jésus fait entendre. (verset 38 et suivants)
  • 12.38 Et il disait dans son enseignement : Gardez-vous des scribes, qui se plaisent à se promener en robes longues et qui recherchent les salutations dans les places publiques Matthieu (Matthieu 23) a conservé un long discours dans lequel Jésus censure les scribes et les pharisiens, en les apostrophant directement, Marc (versets 38-40) et Luc (Luc 20.45-47) n'en reproduisent que quelques paroles adressées au peuple que Jésus met en garde contre l'esprit de ses conducteurs.
  • 12.39 et les premiers sièges dans les synagogues et les premières places dans les festins, Grec :, qui veulent se promener en longue robe, et ce verbe a aussi pour objet tout ce qui suit : les salutations, les premiers sièges, les premières places.
    Ce terme a son importance : "vouloir rend souvent mauvaise une chose indifférente." Bengel.
    Luc écrit aussi : "qui veulent se promener, etc.," puis "qui aiment les salutations, etc." La volonté est toujours du parti des affections, bonnes ou mauvaises.
    - Ces longues robes auxquelles tenaient tant les scribes, ces salutations qu'ils recherchaient dans les places publiques, étaient chez eux le signe certain de la vanité qu'ils tiraient de leur rang, de leur profession, de leur secte. Le fait qu'ils prétendaient aux premiers sièges dans les synagogues, aussi bien qu'aux premières places dans les festins, dénotait cet orgueil qui veut briller et dominer dans les cérémonies religieuses comme dans la vie civile.
    Reste encore à dévoiler un autre de leurs vices, l'avarice. (verset 40)
  • 12.40 eux, qui dévorent les maisons des veuves, et cela en affectant de faire de longues prières ; ceux-là subiront un jugement plus rigoureux. Grec :, dévorant les maisons des veuves et, par prétexte, priant longuement.
    "On peut expliquer de deux manières les spoliations indiquées par le terme : manger les maisons des veuves : ou bien, ils extorquaient à des femmes pieuses, sous prétexte d'intercéder pour elles, des présents considérables ; ou bien, ce qui est plus naturel et plus piquant, en raison de l'amphibologie qui s'attacherait par là au terme de manger, Jésus fait allusion aux repas somptueux qu'ils se faisaient servir chez ces femmes, en remplissant auprès d'elles l'office de directeurs de conscience. Dans les deux cas, c'étaient les Tartufes de l'époque." Godet, Comm. sur Luc. (Luc 20.45-47)
    Le jugement que méritent ceux qui joignent l'hypocrisie à tous leurs autres péchés.
  • 12.41 Et Jésus s'étant assis vis-à-vis du trésor, regardait comment la foule mettait de la monnaie dans le trésor. Et plusieurs riches mettaient beaucoup. 41 à 44 La pite de la veuve.
    Luc 21.1-4. Grec :, jetait du cuivre, c'est-à-dire des pièces de monnaie de peu de valeur.
    - Le trésor du temple se trouvait dans le parvis des femmes et consistait, selon les rabbins, en treize coffres ou troncs, auxquels on donnait le nom de trompettes à cause de leur forme semblable à cet instrument.
    Le premier établissement de ce trésor est mentionné dans 2Rois 12.9.
    C'est là qu'on déposait les offrandes volontaires pour le temple et le culte.
    - Jésus, assis dans cette dépendance du temple, regardait avec attention, contemplait. Ce regard ne s'arrêtait pas à la main qui donnait, mais pénétrait jusqu'au cœur. (verset 43)
  • 12.42 Et une pauvre veuve vint et mit deux pites, qui font un quart d'as. Grec :, deux lepta qui font un quadrant. (Matthieu 5.26, note.)
    - Le quadrant était une monnaie romaine, et ce mot que Marc met ici comme une explication ou une traduction de la valeur indiquée, montre à quels lecteurs son évangile était destiné. (Voir l'Introduction)
    "Deux pites,...la veuve aurait pu en garder une." Bengel.
  • 12.43 Et, ayant appelé à lui ses disciples, il leur dit : En vérité, je vous dis que cette pauvre veuve a mis dans le trésor plus que tous ceux qui y mettent. Il y a quelque chose de solennel dans cette action d'appeler à lui ses disciples ; il avait à leur parler "d'une grande chose." Bengel.
  • 12.44 Car tous ont mis de leur superflu ; mais celle-ci a mis de son indigence, tout ce qu'elle avait, toute sa subsistance. Ce dernier verset explique le précédent.
    La pauvre veuve avait réellement mis dans le trésor plus que tous les autres, toutes proportions gardées ; car leur offrande, à eux, était prise dans le surplus ou superflu, tandis que la sienne provenait d'une pauvreté que l'évangéliste s'efforce de faire sentir par trois expressions différentes : de son indigence (grec, de son déficit, de son manque), tout ce qu'elle avait, toute sa subsistance (grec toute sa vie).
    Mais ce qui constituait surtout l'immense supériorité de son offrande sur celles des autres, c'étaient ses motifs, dont Jésus pénétrait la valeur morale. Elle ne faisait point une aumône, mais un don pour le culte divin, inspiré uniquement par l'amour pour Dieu, à qui elle donnait ainsi son cœur et sa vie. Et ce qui n'est pas moins touchant que son amour, c'est sa confiance sans bornes en Dieu, à qui elle remet le soin d'un avenir absolument destitué de tout.
    - Marc et Luc nous ont seuls conservé cette perle entre les récits évangéliques. Comment se fait-il que Matthieu ne l'ait pas recueillie ? Cette question s'adresse à la critique qui prétend que Matthieu a copié Marc ou du moins un proto-Marc.
    Quoi ! Matthieu aurait eu sous les yeux un document où se trouvait ce trait si instructif et si touchant, et il l'aurait volontairement omis ? Dire, comme on l'a fait, qu'entre les sévères censures prononcées contre les scribes et les pharisiens (Matthieu 23) et le grand discours prophétique sur l'avenir, (Matthieu 24) il n'y avait plus de place pour l'histoire de la veuve, c'est une défaite.