Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Stress et société : Un mal qui répand la terreur
6. Stress, perfectionnisme, grâce & Conclusion

Auteur :
Type : Dossier
Thème : Santé & Psychologie
Source : Aimer & Servir
Réf./Date source : 141
  
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. Stress et société : Un mal qui répand la terreur
  2. Le stress à la loupe
  3. Les causes du stress
  4. Conséquences du stress
  5. Le stress : En prenant du recul
  6. Stress, perfectionnisme, grâce & Conclusion

Perfectionnisme

Les effets négatifs du stress sont d'autant plus mal vécus que le bien-être psychologique est actuellement considéré comme un droit. La source du bonheur est dans votre cerveau (Boiron).

Deux psychiatres anglais, Shafran et Cooper, parlent du perfectionnisme, en ce qui concerne l'état intérieur. Une nouvelle forme d'hypochondrie, disent-ils, conduit à s'interroger en permanence sur sa santé mentale et sur les moyens d'entretenir sa sérénité et sa bonne humeur. Et de se déclarer déprimé ou malade quand on présente des réactions simples et normales d'angoisse ou de découragement face à un deuil, à la perte d'un emploi, ou autre situation stressante. Et de prendre en permanence le pouls de son état psychique.

Voilà pourquoi la psychologie tient tant de place actuellement à la télévision et dans les médias. Voilà pourquoi aussi, en cas de sinistre, pour prévenir le stress post-traumatique, la constitution d'une cellule psychologique de crise, dont l'intérêt n'a absolument pas été démontré, est devenue incontournable et sans laquelle il est entendu qu'il ne peut y avoir de gestion sérieuse de la crise...

Cela conduit à ce que Winfried Rief, un auteur allemand, appelle le shopping médical et psychiatrique. Et comme la médecine est généralement impuissante à soulager des maladies qui n'existent pas, ce shopping part vers toutes les directions trouvées dans les ouvrages, magazines ou chez les thérapeutes spécialisés dans la gestion du stress. En effet, ils proposent un salmigondis absolument invraisemblable d'orientalisme, ésotérisme, diététique, hygiène de vie, techniques de relaxation, naturopathie, méditation transcendantale ou autre, new age, scientologie... Et le shopping se tourne en zapping... Jusqu'aux éditions chrétiennes VIDA qui ont dans leur catalogue un ouvrage conseillant des aliments aux propriétés anti-stress avérées, comment transformer votre esprit en un allié capable de chasser des pensées oppressantes, plantes aux vertus apaisantes, vitamines, exercices efficaces contre le stress (1) !

De la mixture à la grâce

La course au bien-être, dans ce contexte de troubles psychologiques vrais ou supposés liés à une mauvaise tolérance du stress, atteint donc malheureusement aussi les chrétiens. Hugues Not, dans un éditorial intitulé Les leurres de la spiritualité (2) remarquait la popularisation dans les milieux chrétiens d'une psychologie chrétienne, qu'il appelle la mixture psychanalyse-spiritualité, avec l'émergence de certains gourous. Il note : Le développement personnel finit par occulter et remplacer Dieu.

Le perfectionnisme, dont il a été question plus haut, est appliqué à la vie chrétienne, qui est supposée apporter en permanence bonheur, joie, puissance, communion avec Dieu. Après l'évangile de la prospérité qui dit que chaque chrétien doit être riche, l'évangile de la santé qui soutient qu'un chrétien ne peut pas être malade, voilà l'évangile du bonheur!

Et comme la vie chrétienne est rarement un lit de roses, que le stress, on aurait auparavant dit les épreuves de la vie, est là, certains sont déçus et vont de psychothérapeutes chrétiens en séminaires de relation d'aide, ou plus simplement de convention en convention, de préférence loin, car plus c'est loin, plus c'est efficace. Alors que, dans leur vie chrétienne, des remises en ordre basiques et élémentaires restent à faire : pardon, réconciliation, vie de piété personnelle, vie d'église. Ou que certains choix, à l'évidence calamiteux, devraient être reconsidérés. Rien d'étonnant à ce que ces voyageurs du bien-être reviennent en général avec les mêmes problèmes.

Il peut certainement arriver que des situations graves nécessitent la relation d'aide en vue d'une guérison intérieure, cela ne concerne pas la majorité de ceux qui recherchent un mieux-être de cette manière. Comme le souligne très justement David Devenish : Dans l'Eglise chrétienne, tout comme dans le monde, la relation d'aide peut devenir centrée sur le moi. L'objectif est tellement souvent ma guérison. Cela constitue une fausse promesse. Je ne serai complètement guéri que dans la gloire... L'objectif de la relation d'aide chrétienne est un service chrétien plus efficace et une vie menée à la gloire de Dieu, et non pas le fait que je me sente mieux (3).

D'ailleurs, cette mixture a une dynamique centripète contraire à celle de l'Evangile, qui engage l'homme à se tourner vers Dieu plutôt que sur soi-même pour résoudre ses problèmes, dans une dynamique centrifuge. De plus, elle manipule des concepts antibibliques : estime de soi, authenticité, être soi-même, se réaliser soi-même, alors que notre nature profonde est pécheresse et donc que nombrilisme et égocentrisme ne peuvent rien apporter de bon.

Conclusion

Le stress et ses effets néfastes font partie de la condition humaine depuis le début, sans doute conséquence de la chute, comme le laisse entendre le verset cité en exergue. L'apôtre Paul a certainement connu toutes les formes de stress de la pyramide de Maslow, et dans les pires moments, Dieu lui a dit : Ma grâce te suffit. Il dit ailleurs que, dans toutes ces épreuves, il a appris la patience.

Quand les choses vont mal, dans nos découragements et nos périodes de déprime, quand la vie nous presse et nous oppresse, puissions-nous, non pas faire appel à des gourous faiseurs de miracles, ou à des techniques hasardeuses, mais apprendre la patience et écouter cette voix du Seigneur qui nous dit Ma grâce te suffit, ma puissance s'accomplit dans ta faiblesse.




1 Halte au stress de David Hazard
2 Le Christiannisme Aujourd'hui janvier 2004
3 in Briser la puissance de l'ennemi de David Devenish, Ed. Sénevé, p.110

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères