Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Stress et société : Un mal qui répand la terreur
5. Le stress : En prenant du recul

Auteur :
Type : Dossier
Thème : Santé & Psychologie
Source : Aimer & Servir
Réf./Date source : 141
  
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. Stress et société : Un mal qui répand la terreur
  2. Le stress à la loupe
  3. Les causes du stress
  4. Conséquences du stress
  5. Le stress : En prenant du recul
  6. Stress, perfectionnisme, grâce & Conclusion

Le stress semble être un mal de ce siècle. Comme pour la peste de La Fontaine : Tous n'en meurent pas, mais tous en sont atteints ! Bon nombre de nos contemporains paraissent en phase d'épuisement, en raison de la pression persistante et durable d'un stresseur, ou parce qu'ils sont soumis de manière répétée à des stresseurs différents. Quoi qu'il en soit, des réactions agressives inadaptées sont nombreuses dans la société, de même que des comportements qui semblent montrer que l'individu, face à un événement imprévu, surtout s'il est perçu comme menaçant, n'a plus aucune possibilité de prendre du recul et de maîtriser sa réaction.

Ce mal est perçu comme un mal moderne, pourtant le stress a toujours existé. Ce n'est pas d'aujourd'hui que l'homme est menacé dans ses besoins fondamentaux : physiologiques (nourriture, habits, chauffage), sécurité, santé... Ces agressions stressantes étaient même certainement bien plus fréquentes et imprévisibles dans les générations passées. La capacité de contrôle, dont on a vu l'importance, était alors plutôt moindre, on était beaucoup plus qu'aujourd'hui les jouets impuissants et non avertis de facteurs non maîtrisables (météo, guerre, pouvoirs exorbitants de certaines classes sociales), d'un destin incertain.

Les facteurs de stress ne semblent donc pas nécessairement plus importants que par le passé, mais beaucoup moins bien tolérés, avec des conséquences plus délétères. Il y a à cela plusieurs raisons.

Première raison.
La société contemporaine est la société du choix. La capacité de choisir librement est, pour bien des penseurs actuels, d'une part un droit, d'autre part la marque indubitable que l'homme moderne est enfin parvenu à l'état de maturité qui caractérise l'âge adulte. Une émission TV people qui remporte un grand succès s'appelle C'est mon choix.

Ce mal est conçu
comme un mal moderne,
pourtant le stress
a toujours existé

Cet état d'esprit, outre le fait qu'il relève d'un humanisme amoral de la pire espèce, subit malheureusement bien difficilement l'épreuve de la réalité. Dans la vraie vie, les impondérables sont nombreux, on ne maîtrise finalement que bien peu de choses. D'où cette mauvaise tolérance à l'égard des avatars de la vie.

Les situations d'exposition au stress peuvent être la conséquence directe de mauvais choix : tel s'endette lourdement pour construire sa maison et la pression due aux soucis financiers, à l'absence de repos le rend incapable de supporter les difficultés. Tel autre choisit de travailler loin de chez lui : trajets longs, fatigue, surmenage, et mêmes conséquences.

Deuxième raison.
Le toujours plus meilleures voitures, plus belles vacances, plus belle maison, etc. Mais, déception et frustration, cela ne se passe pas toujours ainsi, et il faut se contenter de peu...

Troisième raison.
Une mauvaise gestion du temps. Chacun est en permanence mis en demeure de choisir entre l'urgent et l'important, et c'est souvent l'urgent qui l'emporte. Cela donne une impression de course perpétuellement perdue pour maîtriser sa vie.

Par ailleurs, le temps est souvent éclaté, superposé. C'est le cas, par exemple, pour les utilisateurs de l'ordinateur qui feront facilement deux à trois tâches à la fois : répondre au téléphone, lancer une recherche sur Internet, faire un travail d'impression... Cela favorise un état d'éclatement, de dispersion mentale, et une moins bonne tolérance au stresseur.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères