Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Martin Luther King, pacifiste
6. Comment passer à la non-violence ?

Auteur :
Type : Dossier
Thème : Personnalités protestantes
Source : Lueur   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire du dossier :
  1. Comment Martin Luther King est-il devenu pacifiste?
  2. Les parents de Martin Luther King
  3. L’Eglise de Martin Luther King, l’Eglise Noire Américaine
  4. Les études de Martin Luther King
  5. Comment passer à la non-violence ?

Comment passer du combat à un mode de vie différent?

Mais de la théorie de la non-violence à la pratique, il y a un monde. C'est bien d'en parler, mais il faut aussi savoir en vivre quotidiennement, et ce n'est pas le plus aisé. C'est ce que MLK doit apprendre à mettre en pratique. Pour mieux comprendre cet aspect de son existence, revenons à l'évènement du plastiquage de sa maison par lequel nous avons commencé cet exposé.

Nous sommes donc en 1956. A cette époque-là, Martin Luther King commence à recevoir de nombreuses lettres de menace, jusqu'à quarante par jour. Des obscénités et des menaces de mort lui sont déversées à l'oreille par téléphone parfois vingt à vingt-cinq fois par jour. Des blancs crachent à son passage dans la rue. Sa famille même est menacée. King a déjà vu, dans le passé, tout ce que le Ku Klux Klan peut faire subir aux noirs qui ne s'écrasent pas devant eux. Ils sont capables des pires exactions...

Un soir, Martin a un gros coup de déprime. Il rentre chez lui assez tard la tête basse. Découragé au plus profond de lui-même, il est au bord du gouffre du découragement. Il est prêt à baisser les bras, à tout abandonner. Dans la cuisine déserte, il se prépare une tasse de café. Et là, assis à la table, il pose sa tête dans ses mains: cela vaut-il le coup de continuer dans de telles conditions? Et voilà qu'au milieu de ses ténèbres et de sa solitude, il a le sentiment d'une présence qui l'encourage et le redynamise. Sans pouvoir expliquer comment ni pourquoi, il est convaincu que c'est Dieu qui vient de se révéler à lui pour le réconforter et lui redonner force et foi en l'avenir. Dans la nuit du découragement, la lumière de Dieu a resplendi, lui insufflant la paix intérieure qui lui manquait, et lui donnant les moyens de reprendre sa mission de réconciliation entre blancs et noirs dans son pays déchiré.

Et alors, comme pour voir si ce qu'il vient de vivre va durer, c'est seulement trois jours après qu'une bombe est déposée à son domicile. Les jours suivants, Martin est sous le choc, son entourage aussi bien entendu. Inquiets, sa famille et ses amis l'incitent à acheter une arme ou à se faire entourer en permanence de gardes du corps pour se protéger en cas d'attaque. Encore bien secoué par ce qu'il vient de vivre, King se laisse convaincre, et il se met en demeure de demander un port d'arme, requête à laquelle il se voit opposer un refus. Mais il est à peine rentré chez lui que sa femme l'interpelle vigoureusement. Elle l'interroge sur la cohérence de sa démarche avec ces principes de non-violence qu'il a commencé à prôner haut et fort. C'est ainsi que cette discussion avec Coretta amène King à réaffirmer les principes de vie qu'il s'est donnés et à faire confiance, pour sa propre protection, non pas aux êtres humains, mais à Dieu. Par la suite, les beaux-parents de King aussi bien que ses parents essaieront de le dissuader de continuer sur la voie de la non-violence qu'ils considèrent comme dangereuse et sans espoir. Cependant, malgré les prières et les objurgations, King, en accord avec Coretta, et soutenu par elle, reprendra son combat pacifiste.

Il devait plus tard écrire que l'expérience du long boycott allait lui apprendre davantage sur la non-violence que tous les livres qu'il avait lus :

"C'est en vivant concrètement cette expérience de protestation populaire que la non-violence est devenue pour moi bien plus qu'une méthode à laquelle j'aurais adhéré intellectuellement. Elle est devenue un engagement à une manière de vivre. De nombreuses questions à propos de la non-violence que je n'avais pas résolues intellectuellement avaient tout-à-coup trouvé une solution dans la sphère de l'action politique." (16).

16 Deats, op.cit., p.33

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères