Exode 1 (Annotée Neuchâtel)

   1 Et ce sont ici les noms des fils d'Israël venus en Egypte. Ils y entrèrent avec Jacob, chacun d'eux avec sa famille : 2 Ruben, Siméon, Lévi et Juda ; 3 Issacar, Zabulon et Benjamin ; 4 Dan et Nephthali, Gad et Asser. 5 Toutes les personnes issues de Jacob étaient au nombre de soixante-dix, et Joseph était déjà en Egypte. 6 Et Joseph mourut, ainsi que tous ses frères et toute cette génération-là. 7 Et les fils d'Israël s'étaient accrus ; ils multiplièrent et devinrent nombreux et extrêmement forts, et le pays en fut rempli.
   8 Et il s'éleva sur l'Egypte un nouveau roi qui n'avait point connu Joseph, 9 et il dit à son peuple : Voilà que le peuple des fils d'Israël est trop nombreux et trop fort pour nous. 10 Voyons ! prenons des précautions contre lui, de peur qu'il ne s'augmente et que, lorsque viendra une guerre, il ne se joigne, lui aussi, à ceux qui nous veulent du mal, et qu'il ne combatte contre nous et ne sorte du pays. 11 Alors on établit sur Israël des chefs de corvée pour l'écraser par leurs réquisitions, et il bâtit pour Pharaon des villes de greniers, Pithom et Ramsès. 12 Mais plus on l'opprimait, plus il devenait nombreux et s'étendait. Et les fils d'Israël devinrent odieux aux Egyptiens. 13 Alors les Egyptiens firent travailler les fils d'Israël par force ; 14 ils leur rendirent la vie amère par des travaux pénibles, mortier, briques et travaux de campagne de toute sorte ; tout le travail qu'on tirait d'eux était travail forcé.
   15 Et le roi d'Egypte parla aux sages-femmes des Hébreux ; le nom de l'une était Siphra et le nom de l'autre Pua ; 16 et il leur dit : Quand vous accoucherez les femmes des Hébreues et que vous les verrez sur les sièges, si c'est un fils, vous le ferez mourir ; si c'est une fille, elle peut vivre. 17 Mais les sages-femmes craignirent Dieu : elles ne firent point comme leur avait dit le roi d'Egypte, mais laissèrent vivre les garçons. 18 Et le roi d'Egypte fit appeler les sages-femmes et leur dit : Pourquoi avez-vous agi de la sorte et laissé vivre les garçons ? 19 Et les sages-femmes dirent à Pharaon : C'est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Egyptiennes. Elles sont vigoureuses ; avant que leur arrive la sage-femme, elles sont accouchées ! 20 Et Dieu fit du bien aux sages-femmes, et le peuple devint nombreux et extrêmement fort. 21 Alors, comme les sages-femmes avaient craint Dieu et que Dieu avait accru les familles des Israélites, 22 Pharaon donna cet ordre à tout son peuple : Tous les fils qui naîtront, jetez-les dans le fleuve ; mais toutes les filles, laissez-les vivre !

Notes de la Bible Annotée Neuchâtel

Exode 1
  • Note de section ou de chapitre
    Contenu et division
    Ce livre nous raconte comment Dieu a délivré les Israélites de la servitude d'Egypte pour en faire un peuple qui lui appartînt en propre, et comment il a renouvelé avec eux l'alliance faite jadis avec leurs pères, la rendant plus étroite encore en venant habiter au milieu d'eux.
    Ce livre se compose en conséquence de deux parties bien distinctes. Dans la première, nous voyons Israël soustrait à la domination des rois de la terre; dans la seconde, nous voyons le Seigneur se faisant le roi du peuple d'Israël, lui donnant sa constitution et établissant chez lui sa résidence.
    La première partie (chapitres 1 à 18) conduit le peuple jusqu'auprès du Sinaï et aboutit à cette parole (18.10) :
    Béni soit l'Eternel qui nous a délivrés de la main des Egyptiens et de la main de Pharaon!
    La seconde (chapitres 19 à 40) aboutit à la construction de la demeure royale et à ces mots (40.35) :
    La gloire de l'Eternel remplit l'habitation.
    Le sujet du livre est résumé dans ce verset (29.46), qui en indique en même temps la division :
    Ils sauront que je suis l'Eternel leur Dieu, qui les ai fait sortir du pays d'Egypte, pour habiter au milieu d'eux.
    Le titre d'Exode (en grec sortie) n'est donc proprement que celui de la première partie; d'après un usage fréquent chez les anciens, il a été étendu à tout le livre, comme les titres des livres des Nombres et de Samuel, qui ne conviennent proprement qu'aux premières pages de ces livres-là.
    Nous faisons précéder l'étude de ce livre d'une courte note historique destinée à exposer les relations entre les faits qui y sont rapportés et ce que nous connaissons de l'histoire d'Egypte à cette époque.
    Coup d'œil sur l'état de l'Egypte à l'époque de l'exode d'Israël
    Pouvons-nous déterminer d'après l'histoire égyptienne sous quel Pharaon les Israélites sont sortis d'Egypte? Nous ne devons pas nous attendre à trouver dans les annales officielles du pays le récit d'un événement aussi humiliant pour l'orgueil national des Egyptiens; mais il est possible d'établir certains rapprochements entre notre récit biblique et les renseignements fournis par les découvertes des égyptologues.
    Nous savons en effet que l'Egypte était arrivée à un degré remarquable de civilisation et qu'elle comptait déjà de nombreuses dynasties royales, quand elle fut envahie par des hordes de bergers sémites qui s'établirent dans la région du Delta et qui finirent par s'emparer du pouvoir. Ces étrangers, appelés Hyksos ou rois pasteurs, régnèrent pendant cinq siècles sur la BasseEgypte; ils ne tardèrent pas à subir l'influence de la haute culture du peuple qu'ils avaient conquis; ils abandonnèrent leur vie nomade et adoptèrent si complètement les mœurs égyptiennes qu'il aurait été difficile de les distinguer des indigènes.
    Cependant les anciens princes, fuyant devant cette invasion, s'étaient retirés dans la Haute-Egypte : ils n'avaient point renoncé à leurs droits sur le Delta, et quand les circonstances leur parurent favorables, ils attaquèrent les Hyksos et après de longues luttes ils parvinrent à les expulser de la vallée du Nil et à les refouler en Asie. C'est aux rois de la 18ième dynastie que revient la gloire de cette entreprise; Ahmès porta les premiers coups; les succès qu'il remporta engagèrent ses successeurs à poursuivre ces expéditions militaires. Puis les rois égyptiens envahirent à leur tour l'Asie; Tutmès III parait avoir été le plus vaillant de ces conquérants et il donna à son empire des frontières qui ne devaient jamais être dépassées. Une grande inscription à Karnak contient le récit de ses expéditions; il traversa le pays de Canaan et la Syrie, et s'avança jusqu'en Mésopotamie; Ninive et Babylone furent conquises, et ses flottes s'emparèrent de toutes les côtes de la Méditerranée orientale.
    Ses successeurs continuèrent la même politique et maintinrent l'Egypte à l'apogée de sa puissance. Sous les premiers rois de la 19ième dynastie, cette puissance commence à être ébranlée. Séthos maintient sous sa domination Babylone, Ninive et l'Arménie; mais son fils Ramsès Il Méiamun (le Sésostris des Grecs), qu'il s'associa comme co-régent pendant son long règne de soixante-sept ans, eut à lutter contre des soulèvements de presque toutes les provinces de son immense empire. Il eut à comprimer en particulier une révolte des Héthiens, et son expédition est racontée dans un poème que nous possédons encore. C'était un tyran qui aimait le faste; il a couvert l'Egypte de constructions immenses auxquelles il employait les innombrables captifs qu'il ramenait de ses expéditions militaires; il a écrit sur plus d'un monument qu'aucun indigène n'avait travaillé à l'élever. Plusieurs villes portent son nom. Avec son fils Ménephta commence la décadence; l'Egypte perd successivement toutes les provinces qu'elle avait conquises au dehors et se voit envahie elle-même par les Lybiens.
    Il est probable, et c'est l'opinion la plus généralement admise aujourd'hui, que ce Ramsès Il fut le Pharaon qui opprima les Israélites. Ceux-ci n'avaient pas été expulsés avec les Hyksos parce qu'ils n'avaient point été associés à leur domination; ils étaient demeurés paisibles dans le pays de Gossen. Mais Ramsès II, qui redoutait de les voir se joindre un jour à ses ennemis du dehors et qui voulait avoir des ouvriers pour ses nombreuses constructions, les astreignit à ces rudes travaux dont parle l'Exode. Nous les voyons même occupés à construire une de ces nombreuses villes du nom de Ramsès dont nous avons parlé. Il n'est guères possible non plus que les Israélites aient quitté, l'Egypte avant le règne de Ramsès; car nos livres sacrés ne font aucune mention des nombreuses expéditions des Pharaons en Syrie, et cependant le gouvernement de Josué et des Juges n'aurait pu manquer d'en être troublé. C'est ce qui nous engage à faire de Ramsès le Pharaon de l'oppression, sous le règne duquel naquit Moïse, et de son fils Ménephta le Pharaon sous lequel les Israélites sortirent d'Egypte.
    S'il en est ainsi, la famille de Jacob se serait établie en Egypte pendant la domination des Hyksos, 430 ans avant le règne de Ménephta; voir Exode 12.40. Ainsi s'explique la facilité avec laquelle Joseph put s'élever aux honneurs suprêmes et un chef nomade comme Jacob obtenir une vaste concession de territoire dans la meilleure partie du pays, lors même que les Egyptiens avaient les bergers en horreur. Le roi, qui était lui-même d'origine étrangère, ne partageait pas cette aversion. Il serait possible qu'Abraham lui-même eût rencontré déjà en Egypte un roi hyksos, puisque Pharaon n'hésite pas à s'allier avec la famille de ce berger nomade.
    Il est bien peu probable, en échange, qu'un des rois de la 19ième dynastie, qui travaillaient à expulser les Hyksos, eût autorisé l'établissement d'une nouvelle colonie asiatique et sémitique en pleine Egypte et tout près de la frontière orientale.
    Nous admettons, avec Exode 12.40, que le séjour des Israélites en Egypte fut de 430 ans, malgré les objections que l'on a fait valoir contre cette date. La version grecque des LXX corrige le texte original en faisant rentrer dans ces 430 ans les 215 ans que les patriarches passèrent dans le pays de Canaan depuis la vocation d'Abraham jusqu'au départ de Jacob pour l'Egypte. Paul parait suivre cette opinion Galates 3.17; mais en examinant le texte grec, on se convainc facilement que les LXX ont fait une correction et que l'hébreu est le vrai texte original. C'est ce que confirme la prophétie Genèse 15.13-16 qui annonce à Abraham en chiffres ronds que sa postérité sera asservie pendant quatre cents ans dans un pays étranger.
    On a opposé à cette manière de voir les généalogies de la famille de Lévi que nous trouvons Exode 6.16-25 et Nombres 26.59, d'après lesquelles Amram, le père de Moïse, serait le petit-fils de Lévi et aurait épousé sa tante Jokébed, propre fille de Lévi. Cette difficulté serait insoluble si nous ne pouvions pas supposer que ces généalogies sont incomplètes et qu'il y a des chaînons omis; c'est ce dont nous nous convaincrons en constatant que pendant le séjour en Egypte la famille d'Ephraïm a compté dix générations (1Chroniques 7.22-27). On ne comprendrait pas d'ailleurs comment en un temps plus court la famille de Jacob aurai
  • t pu se transformer en un peuple aussi nombreux.
    Si la chronologie des dynasties égyptiennes était fixée d'une manière précise, nous pourrions déterminer la date de la sortie, mais jusqu'ici les savants qui s'occupent de ces questions n'ont pu réussir à se mettre d'accord. L'un des plus autorisés (Brugsch) affirme que ce n'est qu'à partir de la 26ième dynastie, ainsi depuis un temps bien postérieur, que la chronologie est fondée sur des dates dont l'exactitude laisse peu à désirer. Nous avons dans 1Rois 6.1 une importante donnée qui fixe à quatre cent quatre-vingts ans le temps qui s'est écoulé depuis la sortie d'Egypte jusqu'à la quatrième année de Salomon; ce chiffre pourrait bien n'être qu'approximatif et reposer sur le calcul de douze générations à quarante ans chacune. Mais cet espace de temps n'est certes pas trop long s'il faut y placer le voyage des Israélites dans le désert, la conquête du pays de Canaan par Josué, les longues années de servitude et de guerre des Juges, les règnes de Saül et de David. D'après cette date, l'exode aurait eu lieu vers l'an 1500 avant Jésus-Christ. Plusieurs égyptologues actuels, se basant sur des calculs astronomiques, le placent beaucoup plus tard, vers 1320; mais cette date. qui bouleverserait notre chronologie biblique, n'est point si généralement admise que nous ne puissions suspendre notre jugement et attendre des informations plus sûres avant de chercher à résoudre les difficultés auxquelles elle conduirait.
    La délivrance, chapitres 1 à 18
    Cette première partie se compose de dix sections formant deux séries de cinq sections chacune. Les événements rapportés dans la première série se passent en Egypte et se terminent par le passage de la mer Rouge (1.1-15.21); la seconde a pour sujet le voyage dans le désert, de la mer Rouge au Sinaï (15.22-18.27).
    Les cinq sections dont se compose la première série forment un récit complet dans lequel l'action marche d'une manière vraiment dramatique. On dirait les cinq actes d'une tragédie. Chaque section est séparée de la précédente par une remarque servant de conclusion et indiquant le point où en est la foi d'Israël :
    1. Dans la première section, on voit l'asservissement du peuple hébreu, la naissance de Moïse et sa première tentative en faveur de son peuple; cette tentative est inutile parce qu'il l'a entreprise de son chef, et rien n'est changé à l'état d'Israël. Mais à la fin de cette section se trouve un fait qui prépare et amène la suivante : Israël crie à Dieu et son appel monte à lui (2.23-25).
    2. Dans la seconde, Dieu apparaît à Moïse et le charge de la délivrance de son peuple; Israël reçoit ce message avec foi (4.31).
    3. Le dénouement semble proche, mais les démarches faites auprès de Pharaon amènent un résultat contraire à celui qu'espérait Israël; sa servitude est aggravée. et quand Moïse lui parle de nouveau de la part de l'Eternel, il refuse d'écouter (6.9).
    4. Alors Dieu intervient lui-même à main forte; la défaite de Pharaon et la délivrance d'Israël sont complètes; Israël croit à l'Eternel et à Moïse son serviteur (14.31).
    5. La cinquième section couronne le récit par un chant de triomphe qui célèbre cette victoire de l'Eternel et en prédit de nouvelles.

    La seconde série, beaucoup plus courte, comprend aussi cinq sections, racontant chacune un fait spécial du voyage dans le désert. Dans les trois premières, on voit les trois premières de ces scènes de plaintes et de murmures qui, plus tard, se renouvelèrent encore. La quatrième et la cinquième nous montrent les premières relations que les Israélites, constitués en nation, soutiennent avec les étrangers, relations hostiles avec les Amalékites, amicales avec Jéthro et sa tribu, et qui les amenèrent plus tard à détruire les uns, tandis qu'ils accordèrent aux autres d'habiter avec eux dans leur pays.
  • 1.1 1.1 à 15.21 En Egypte
    Chapitres 1 et 2, Israël dans la servitude
    Chapitre 1 Multiplication et oppression d'Israël.
    Ce chapitre, qui sert d'introduction à tout le livre, le relie en même temps au livre de la Genèse, comme l'indique expressément la conjonction et, par laquelle il commence. En effet, il répète, en le résumant, ce qui a été dit Genèse 46.8-27; puis il montre l'accomplissement de ce que Dieu avait prédit à Abraham et à Jacob (Genèse 15.13; 46.3). D'après ces passages, Dieu avait deux buts en faisant séjourner son peuple en Egypte : il voulait qu'il y multipliât et qu'il y fût opprimé. Nul pays n'était plus propre à réaliser cette double intention, car :
    1. l'espèce humaine, aussi bien que les espèces animales, s'y propagent plus qu'en aucun autre, et l'étonnante fertilité du sol suffit à nourrir une population considérable,
    2. l'Egypte a toujours été une maison de servitude, comme l'attestent les pyramides et les travaux immenses que les Pharaons faisaient exécuter par leurs prisonniers de guerre.

    1.1
    Sa famille : y compris les serviteurs, qui devaient être nombreux; car Abraham en avait déjà trois cent dix-huit en état de porter les armes (Genèse 14.14).
  • 1.5 Soixante-dix; voir Genèse 46.27
  • 1.7 Le pays en fut rempli. Avant tout., le pays de Gossen, puis sans doute aussi les autres provinces : on voit par 3.22 que beaucoup d'Israélites habitaient au milieu des Egyptiens.
  • 1.8 Les mots : il s'éleva et un nouveau roi, ainsi que la remarque que ce roi ne savait rien de Joseph, font supposer qu'il s'agit du chef d'une nouvelle dynastie. Ce roi pourrait donc être Ahmès, de la 18ième dynastie, celui qui chassa les Hyksos, ou peut-être Ramsès I, premier roi de la 19ième. Le roi sous lequel naquit Moïse et dont la mort est mentionnée 2.23, parait en tout cas avoir été Ramsès II (voir ci-dessus la note historique). Mais il est difficile d'admettre que l'oppression d'Israël qui, d'après l'Exode, avait déjà passé par plusieurs phases avant la naissance de Moïse, n'ait commencé que sous ce règne.
  • 1.9 Trop nombreux et trop fort. Le danger était d'autant plus grand que le district de Gossen était précisément celui qui, par sa situation au Nord-Est, aurait été le plus exposé dans le cas d'une nouvelle invasion asiatique. Les Israélites auraient pu se joindre aux envahisseurs.
  • 1.10 Ceux qui nous veulent du mal. C'est le sens propre du mot hébreu. Le, roi ne parle pas ici d'ennemis venant du dehors, mais d'ennemis du dedans qui pourraient profiter d'une invasion étrangère pour lever la tête. Il pense probablement aux restes des Hyksos demeurés dans le pays et réduits en servitude, et dont un certain nombre parait s'être joint aux Israélites lorsqu'ils sortirent d'Egypte (voir 12.38).
  • 1.11 Villes de greniers, littéralement : villes de magasins. Il s'agit probablement ici de ces grands magasins à blé, dont Joseph avait le premier donné l'idée.
    Pithom et Ramsès. Ces deux villes, dont on croit avoir tout récemment retrouvé l'emplacement et les ruines, doivent en tout cas avoir été situées dans la vallée qui s'étend de l'Ouest à l'Est entre le Nil et le lac des Crocodiles, qui formait alors l'extrémité Nord de la mer Rouge.
  • 1.13 Le peuple est complice du roi et sera plus tard puni comme lui.
  • 1.14 Briques. Les briques, dans lesquelles on mêlait à l'argile de la paille hachée pour les rendre plus solides (voyez chapitre 5), étaient fort employées en Egypte, et l'on en trouve encore aujourd'hui des masses énormes dans le pays de Gossen.
    Une peinture de ce temps-là, à Thèbes, que nous reproduisons ici , nous montre des étrangers fabriquant des briques sous le commandement d'intendants égyptiens.
    Et travaux de campagne : outre la culture elle-même, le creusage et l'entretien des canaux d'irrigation, travail pénible et malsain.
  • 1.15 D'après la ponctuation massorétique il faudrait traduire : aux sages-femmes hébreues; mais rien dans le texte même, n'empêche de traduire, comme le font les LXX : les sages-femmes des Hébreues. Elles pourraient dans ce cas avoir été Egyptiennes. Il n'est pas vraisemblable, en effet, que Pharaon eût confié cette mission à des femmes hébreues. Les deux sages-femmes nommées ici étaient sans doute les chefs de toute la corporation ou les principales sages-femmes de la capitale. Leurs noms n'ont point encore été expliqués sûrement ni par l'hébreu ni par l'égyptien.
  • 1.19 Le fait allégué par les sages-femmes, pour s'excuser auprès du roi, peut avoir été vrai dans bien des cas, mais non dans tous. On comprend que des femmes païennes ou même israélites se soient permis un mensonge pour sauver la vie de tant d'enfants. Mais on s'est étonné quelquefois que Dieu leur ait fait du bien à cause de cela.
    Remarquons que ce n'est pas leur mensonge que Dieu a récompensé, mais leur foi et leur humanité, bien qu'entachées encore d'un vice provenant de l'infériorité de leur développement religieux. Elles ont eu assez de foi pour craindre Dieu, mais pas assez pour ne craindre que lui. Si Dieu ne bénissait que les actions entièrement pures, où seraient, même chez les chrétiens, celles qu'il pourrait bénir?
  • 1.21 Nous ne traduisons pas comme on le fait généralement : Parce que les sages-femmes avaient eu la crainte de Dieu, Dieu fit prospérer leurs maisons. Cette traduction est moins conforme au texte et ne fait que répéter ce qui vient d'être dit : Dieu fit du bien aux sages-femmes.
  • 1.22 L'ordre du roi ne pouvait s'exécuter que dans le voisinage du Nil. Lui-même sans doute ne s'attendait pas à ce qu'on lui obéît ailleurs que dans les districts où les Hébreux étaient mêlés avec les Egyptiens, et en minorité. La tribu qui habitait la capitale ou qui était la plus voisine fut nécessairement celle qui eut le plus à souffrir.
    Le chapitre suivant nous prouve que cette tribu était celle de Lévi. Cela explique pourquoi, lors du dénombrement, la tribu de Lévi se trouva de beaucoup la moins nombreuse (Nombres 3.39) : mais elle parait avoir été la plus instruite, ce qui s'expliquerait aussi par cette proximité de la capitale.
    Nous pouvons recueillir dans l'Ecriture quelques données qui nous permettent de faire certaines inductions relativement à la situation qu'occupaient les tribus pendant le séjour d'Israël en Egypte.
    Le fait que celles de Gad et de Ruben étaient restées nomades (Nombres 23.1) prouve qu'elles habitaient hors du pays cultivable, au Nord-Est sans doute et sur les confins du désert. Celle de Juda, au contraire, parait avoir vécu dans les villes et être devenue une tribu d'artisans (voir Exode 31.2; 1Chroniques 4.14,21,23).
    La tribu d'Ephraïm doit avoir été agricole et aussi guerrière. Le passage 1Chroniques 7.21 montre qu'elle n'était pas très éloignée du territoire des Philistins et habitait une contrée cultivable.
    La tribu de Manassé, sœur de celle d'Ephraïm, et qui était en partie nomade et en partie agricole, avait sans doute son siège entre les pâturages de Gad et Ruben et la terre arable d'Ephraïm.
    Le séjour d'Israël en Egypte ne servit pas seulement à son accroissement et à son éducation morale, comme nous l'avons vu plus haut : ce fut encore pour lui un moyen d'instruction intellectuelle et un apprentissage de la vie agricole et des divers arts. Ce qui montre l'importance de cet apprentissage, c'est le rôle prépondérant que prirent plus tard Lévi, Juda et les guerriers d'Ephraïm, et le rôle effacé des deux tribus et demie qui n'avaient rien appris et étaient restées des peuples pasteurs.