Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Stress, angoisse, dépression, y a-t-il un espoir ?
5. Stress, angoisse, dépression : point de vue biblique

Auteur :
Type : Dossier
Thème : Santé & Psychologie
Source : Aimer & Servir
Réf./Date source : 130-131
  
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. Stress, angoisse, dépression, y a-t-il un espoir ?
  2. Le stress ou syndrome général d'adaptation
  3. L'angoisse
  4. Les dépressions
  5. Stress, angoisse, dépression : point de vue biblique
  6. Solitude, rejet et révolte
  7. La culpabilité
  8. Les tempêtes et les blessures du coeur
  9. Les besoins de l'homme représentent un équilibre délicat
  10. Stress, angoisse, dépression : un remède ?

Il est fait mention de la peur pour la première fois au moment de la Chute (Gn 3). Le menteur (le serpent ancien) aveugle l'homme. Le péché donne une vision fausse. Dans les troubles mentaux, un mensonge a souvent pénétré au fond du coeur : je suis inférieur, incapable, sans valeur, pas aimé, persécuté, trop grosse, tout est souillé autour de moi... Tout mensonge, même religieux ou philosophique, finira par détruire l'homme 1

La Bible insiste sur l'importance de notre optique des choses. Jésus disait : Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé (Mt 6.22). La vision spirituelle se situe au niveau du coeur.

Si tu crois..., des fleuves d'eau vive couleront de ton sein (Jn 7.38-39).
C'est du coeur que viennent les sources de la vie (Pv 4.20-27).
C'est du coeur que vient la folie (Mc 7.22).

La folie, c'est s'éloigner de Dieu et de Ses commandements. Quelle vision avons-nous de Dieu, de l'homme, de nos péchés, de nos besoins, du monde, des valeurs, des priorités (d'abord l'esprit, puis l'âme et le corps ; servir les autres et non toujours être servi), de la réalité telle qu'elle est et pourrait être ?

Le sujet qui souffre essaie souvent de déplacer son angoisse au lieu de s'approcher de Dieu. Les mécanismes psychologiques de défense sont souvent mensongers. Ces déplacements peuvent entraîner différents tableaux cliniques :

  • déplacement sur des objets ou des situations dans les syndromes phobiques ;
  • déplacement sur des idées dans les syndromes obsessionnels (rituels) ;
  • déplacement-symbole sur le corps : syndrome hystérique, le transfert concerne les organes de la vie relationnelle (sens, motricité), avec conversions somatiques (anesthésies, paralysies) ;
  • syndrome hypochondriaque : le transfert affecte le fonctionnement d'organes (tube digestif, coeur) ;
  • déplacement non systématisé : l'angoisse se déplace sur une fonction vitale, telle que le sommeil, la fonction alimentaire (anorexie), la fonction dynamique (asthénie) ou sexuelle (impuissance) ;
  • le déplacement peut être inopérant : la souffrance intérieure s'exprime alors sous forme de crises d'angoisse avec palpitations, précordialgies, sensation d'étouffement.
Satan utilise deux armes principales, deux racines de destruction :
  • l'incrédulité : Dieu a-t-Il réellement dit ? (Gn 3.1). Le doute vis-à-vis de l'amour de Dieu, ou de ses parents, déclenche un sentiment de rejet, de manque de valeur. Ce déficit d'amour, cette frustration ne peuvent être comblés par aucune convoitise (argent, vol, drogues, perversions sexuelles) ;
  • l'orgueil : Vous serez comme des dieux (Gn 3.4). Lorsque l'homme a assez souffert de l'esprit d'infériorité, il lutte par l'esprit de supériorité. Il devient le centre du monde, le critère de vérité. Il croit avoir des droits divins de vie et de mort, le pouvoir de décider du bien et du mal. L'orgueil aboutit à la révolte, à la désobéissance à Dieu et à Ses commandements. Cela s'exprime par la méchanceté, la haine contre son prochain, sa famille. L'orgueil accroît les problèmes relationnels.

Le récit de la Chute nous enseigne aussi que l'homme essaie de cacher sa culpabilité... Puis il est dominé par la peur.

Notre crainte devrait être canalisée par la crainte de Dieu (crainte de déplaire à quelqu'un que l'on aime). Seule cette crainte est libératrice et créatrice.

Commentaires (1)

par Prisnao [Priscille O.]

waaaahh! quelle précisions
ça m'aide
c'est bien ce que mon propre père nous a toujours prêché à l'église
Dieu a-t -il réellement dit
vous serez comme des dieux
mort = séparation

je vous bénis en Yeshoua a mashiah
Shalom
Pessah Hag Sameah'
prisnao

Signaler un commentaire inapproprié

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères