Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Agressions sexuelles et secrets douloureux
10. Agressions sexuelles : Exemples de prévention (2)

Auteur :
Type : Dossier
Thème : Abus et Harcèlement
Source : Jean-Louis Lafont   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. Agressions sexuelles et secrets douloureux
  2. Les sans voix
  3. Secrets et silence sont facteurs de séquelles
  4. Une écoute qui délivre
  5. De la compassion, à l'action
  6. Plusieurs éléments sont guérissants
  7. Agressions et abus : Quelques définitions légales
  8. Le consentement
  9. Agressions sexuelles : exemples de prévention (1)
  10. Agressions sexuelles : Exemples de prévention (2)
  11. Qui n'a pas de secret douloureux
  12. Agression sexuelle : Pourquoi les victimes ne parlent pas.

- L'école limite parfois la prévention en parlant d'anatomie, de préservatif, de MST, de pilule, etc. Vu la cruauté et la violence qui se développent aussi à l'école, les jeunes ont besoin d'être enseignés sur les rapports et les relations de respect et d’égalité́ entre filles et les garçons. Il faut expliquer la différence entre la drague et le harcèlement, parler de l'importance de prendre le temps dans une relation, de contrôler son langage et ses gestes. Expliquer que le model porno est faux et dangereux pour des relations durables et une bonne estime de soi. Dire que la sexualité est le prolongement d'une rencontre dans laquelle on a pris le temps de s'observer, s'apprivoiser, de se connaître, s'apprécier, s'aimer et s'engager.

 

- Formation des médecins. Ils représentent avec les autres professionnels de santé 24% de ceux à qui les victimes parlent pour la première fois en dehors de la famille. Seulement 5% des signalements sont fait par des médecins. Ils doivent être formés à poser les bonnes questions. Leurs patients ne parleront pas d'eux-mêmes. Les médecins doivent donc apprendre à repérer par exemple les effets de l’inceste sur la santé et poser à tous leurs patients des questions ouvertes sur les antécédents d’inceste. Il existe un très bon site sur les violences conjugales pour les  professionnels de santé http://www.declicviolence.fr Il propose des questions simples sur les antécédents d'inceste et explique comment repérer les manifestations psychiques et somatiques liées à ces brutalités. 3 à 4 patientes sur 10 dans les salles d'attente de médecine générale peuvent être victimes de violences conjugales. Les conséquences sur la santé des femmes et de leurs enfants sont multiples et durables. Ce site propose des fiches pratiques pour mieux comprendre ce problème de santé sensible et complexe, et mieux intervenir en tant qu'acteur de soins de premier recours. Ces fiches ont été élaborées par des médecins généralistes et des professionnels travaillant auprès de ces femmes. Merci de faire connaître ce site aux médecins qui vous entourent.

 

- Un débat en France est ouvert sur la femme voilée, mais quand sera-t-il ouvert sur la femme trop dévoilée ?

 

- Pourquoi pas des campagnes d'information qui invitent les victimes à sortir du silence ?

 

- Le porno est gratuit et accessible d'un seul clic. L'Etat pourrait voir comment verrouiller l'accès à la pornographie et/ou réglementer l'accès à ces sites. Pourquoi l'accès aux sites pornographiques ne serait-il pas payant ? Il y aurait sans doute moins de visites. L’Etat devrait travailler à éliminer la pornographie et en faire une priorité nationale. Il pourrait procéder comme pour les campagnes anti tabac ou l'alcool au volant, faire une campagne avec des spots télévisés, des conférences, utiliser la presse, la radio. Des débats publics pourraient parler des relations hommes femmes et garçons filles en invitant des parents, des professionnels et des associations. Le besoin est énorme et urgent. Il faut envisager aussi des lois et un encadrement plus sévères. N'attendons pas. On ne compte plus les témoignages de parents et d'enseignants dépassés par ce qui se passe à l'école, les violences, agressions, les actes de prostitution. Aucun établissement n'est épargné, ni aucune classe sociale. Beaucoup d’ados apprennent les comportements sexuels à travers ces modèles qui sont à l’opposé d’une relation d’égalité homme-femme.

 

- Bien éduquer, c’est dire que dans la sexualité il n’y a pas de violence, pas de domination. On recherche l'intérêt de l'autre.

 

- Il faut former les professionnels soignants à ces souffrances, leur demander de signaler des suspicions d'agression. Continuer à former aussi les gendarmes et policiers qui recueillent les témoignages et les plaintes. Qu'une loi enfin soit votée sur l’imprescriptibilité totale pour les agressions et crimes sexuels.

 

-Une bonne prévention s'impose car le coût de santé est considérable : violences conjugales, soins de santé, frais de police et de justice, pertes de production dues au décès et l’absentéisme des victimes, l'incarcération des agresseurs, etc. et bien sûr les conséquences sur la santé des victimes de l’enfance à l’âge adulte, sur leur vie sociale, affective et sexuelle, sur l'apprentissage, les capacités cognitives, la vie professionnelle, sur les risques de marginalisation, et d'être à nouveau victime de violences, ou d'en être l'auteur.

 

Une question : Comment envisagez vous votre place dans cette prévention?

 

© Jean-Louis Lafont

Thérapeute, conférencier, auteur du livre "Agressions sexuelles et secrets douloureux" lire l'intro et commander sur www.jeanlouislafont.com Esaïe 61:1-4

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères