Lueur.org - Un éclairage sur la foi

Faire un don Facebook Twitter RSS

Il Faut Que Ca Change
8. Révolutionnaire... ou révolutionné ?

Auteur :
Type : Livre en ligne
Thème : Divers
Source : Carnets Croire & Servir
Réf./Date source : 136-137  
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire du dossier :
  1. Il Faut Que Ca Change
  2. Et Que Ca Change !
  3. Ca ne peut plus durer comme ça
  4. Que les autres changent
  5. Le vaccin pour faire de braves gens
  6. Commencez par le commencement
  7. Révolutionnaire... ou révolutionné ?
  8. Du pareil au même
  9. Quel genre de soucis cultivez-vous ?
  10. Replâtrer, ou tout changer
  11. Plus jamais comme avant

L'image n'est pas nouvelle, mais elle semble plus actuelle que jamais : on peut sans peine comparer la vie à un manège de chevaux de bois, aux couleurs attrayantes et à la musique lancinante, qui ramène invariablement les utilisateurs aux mêmes endroits pour en descendre.

On n'a que trop entendu comme un refrain obsédant, depuis mai 1968, la fameuse formule: métro-boulot-dodo. Il est possible hélas! de la continuer : bobo-fricot-radio-info-vidéo-auto-journaux... des maux et des maux, des mots et des mots, et, pour finir: tombeau !

Cette vie présente qui, apparemment, n'a pas d'autres dérivatifs que les plaisirs de ce monde tourbillonnant ou les joies éphémères qui nous ramènent toujours au point de départ, ne nous font-elles pas penser au manège de chevaux de bois ? On a l'impression de tourner sans cesse en rond pour, finalement, terminer dans un trou ...ou dans une urne de cendres ! Mais il existe une possibilité de briser ce cycle infernal. Nous tenons à le redire en précisant nos certitudes dans la foi à Jésus-christ.

Georges Clémenceau

Le célèbre homme d'état Georges Clémenceau, qui fut surnommé le Tigre, puis le Père-la-victoire, avait débuté dans la vie comme anarchiste. Mais à la fin de ses jours, il en était arrivé à cette philosophie:

- La seule révolution possible, c'est d'essayer de s'améliorer soi-même, en espérant que les autres en feront autant.

Si cette parole émane d'un leader politique émérite, elle n'en est pas pour autant parole d'Évangile, - bien au contraire.

La Bible montre clairement que la vraie solution pour chacun de nous n'est pas l'amélioration de notre être, mais sa totale restauration. Cela implique de notre part la prise de conscience de notre totale incapacité à nous changer par nous-même.

En fait, il nous faut faire demi-tour et revenir à Dieu. Les habitués des sports d'hiver savent qu'une conversion, c'est un demi-tour exécuté à l'arrêt par un skieur. Pour une troupe, en jargon militaire, une conversion, c'est un changement de direction.

Selon la Bible, le demi-tour par lequel on revient à Dieu s'appelle précisément la conversion. II ne s'agit en aucune façon d'un changement de religion, mais d'un changement de vie.

La seule révolution possible n'est donc pas une amélioration, mais la transformation radicale qu'expérimente toute personne qui se détourne de sa mauvaise voie et qui se tourne vers Jésus, qui se convertit...

Léon Tolstoï

Léon Tolstoï, ce célèbre écrivain russe qui mourut en 1910, remarqua avec ironie, alors qu'on lui parlait de révolution:

- Hélas ! tout le monde veut changer l'humanité, mais personne ne veut se changer soi-même .

Autour de nous, il ne manque pas de "docteurs miracles" qui promettent de vrais changements, mais, selon la formule d'Alphonse Karr:

- Plus ça change, plus c'est la même chose !

Alors que la Bible montre que le coeur de l'être humain est désespérément mauvais et qu'il faut se convertir, la plupart des gens mettent leur espoir en de vaines idéologies et en des hommes faillibles.

Un chef noir vint trouver un jour le grand explorateur et missionnaire protestant David Livingstone et lui dit:

- Je voudrais que tu changes mon coeur : donne-moi un remède pour qu'il ne soit plus orgueilleux et irrité, toujours irrité. Livingstone prit sa Bible et allait lui parler de la seule manière dont le coeur puis se être changé, mais le chef l'arrêta

- Non ! c'est une potion qu'il me faut. Je veux la boire et être changé tout de suite, car mon coeur est toujours mal à l'aise, orgueilleux et fâché contre quelqu'un.

Nos contemporains voudraient aussi des potions magiques plutôt que la conversion de leur vie au Christ. Et pourtant le Saint-Esprit les ferait renaître à une vie nouvelle, comme il l'a fait pour moi et pour tant d'autres, s'ils acceptaient le remède divin. La Bible dit: "Convertissez-vous donc et vous vivrez" (Livre du prophète Ezéchiel, chapitre 18, v.32).

André Maurois

"Il n'y a qu'une seule révolution, c'est la révolution d'un seul homme". Ainsi s'exprimait le romancier André Maurois en 1960. II voulait démontrer qu'une révolution politique ne suffit pas à améliorer le genre humain. La Révolution de 1789 en France fut utile pour mettre fin aux abus de l'Ancien Régime, mais elle n'a pas amené pour autant le triomphe de la justice ni celui de la bonté. Aussi ajoutait-il: "Il en sera toujours ainsi tant que la révolution dans les institutions (bien qu'elle soit parfois nécessaire) ne s'accompagnera pas d'une révolution dans les coeurs et dans les esprits". Et il concluait en affirmant que chacun doit changer en substituant l'amour à la haine, la charité à la violence, en pansant les blessures des autres au lieu de chercher à découvrir leurs torts.

Alors: "changez, et ils changeront ?" Il y a là, une vérité partielle, nous en convenons. Mais beaucoup ont essayé cette formule et pourtant le monde a plutôt empiré.

L'impossibilité de se transformer par soi-même a été remarquablement définie par un homme qui, voilà près de vingt siècles, a essayé en vain de s'améliorer

" Je ne comprends pas ce que je fais, car je ne fais pas ce que je voudrais faire, mais je fais ce que je déteste. Ce n'est donc pas moi qui agis ainsi, mais le péché qui habite en moi. Car je sais que le bien n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans l'être faible que je suis.

Certes, le désir de faire le bien existe réellement en moi, mais non la capacité de l'accomplir. En effet, je ne fais pas le bien que je veux et je fais le mal que je ne veux pas..."

Apparemment, cette situation est sans espoir : "Malheureux que je suis ! Qui me délivrera de ce corps qui m'entraîne à la mort ?" Mais, aussitôt, le même homme éclate de reconnaissance et de joie car il a pu découvrir enfin l'amour et la puissance, et il s'écrie : "Dieu soit loué ! c'est Jésus-Christ, notre Seigneur !" (Epitre aux Romains, chap. 7, v 18-25).

En fait, il s'agit ici de Paul, un ancien persécuteur de l'Eglise, devenu apôtre.

Alors, que faire ?

En premier lieu, reconnaissez que vous n'êtes pas tel que Dieu, votre Créateur, a voulu que vous soyez.

Ensuite, croyez que Jésus veut transformer, révolutionner votre vie. C'est pour vous sauver de toutes vos incapacités, de tous vos péchés qu'il a donné sa vie sur la croix et qu'il est ressuscité. Il n'a jamais dit: "Vous devez vous transformer vous-mêmes." Mais il a déclaré: "Il faut que vous naissiez de nouveau" (Ev selon Jean, chap.3, v7).

Et il fait naître à une vie nouvelle toute personne qui se repent de ses péchés et croit en lui. Il désire tellement que vous connaissiez, vous aussi, le bonheur de lui appartenir !

William Booth, qui fonda l'Armée du Salut, cette oeuvre généreuse qui a secouru et secourt encore tant de gens en détresse, a écrit: "Il n'y a aucun espoir d'amélioration pour l'être humain sans transformation radicale du coeur. Dieu est l'auteur de ce miracle. Le plus grand pécheur peut être au bénéfice de ce salut et délivré de la puissance du mal."

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères