La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets

3. Premier Signe : L'assurance du Salut

Auteur :
Type : Livre en ligne
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Carnets Croire & Servir   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets
  2. La Nouvelle Naissance
  3. Premier Signe : L'assurance du Salut
  4. Second signe : La vie nouvelle se manifeste
  5. Troisième signe : L'esprit de prière
  6. Quatrième signe : Faim de la Parole de Dieu
  7. Cinquième signe : Les assauts de l'Ennemie
  8. Sixième signe : La victoire sur la tentation
  9. Septième signe : L'attente de Christ
  10. Comment puis-je parvenir à la nouvelle naissance ?

Disons tout d'abord ouvertement que chaque être né de nouveau se voit revêtu de tous les signes de la vie nouvelle. Ces signes ne trompent pas, fondés qu'ils sont sur la Parole de Dieu.

Il sait qu'il est né de nouveau.

L'assurance du salut constitue le premier résultat de la nouvelle naissance. Une certitude merveilleuse remplit l'homme déjà venu à Jésus. A la Croix, il a reçu le pardon de ses péchés, et aussi le Saint-Esprit. Cette assurance le transporte de joie : « Maintenant, dès maintenant, je suis un enfant de Dieu! » D'où vient cette assurance? Voyez l'épître de Paul aux Ephésiens (1 : 13) : « En Lui vous aussi, après avoir entendu la Parole de la Vérité, l'Evangile de votre salut, en Lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage... » Voilà le signe que vous avez cru : l'Esprit de Dieu vous a scellés ! Sachez aussi que Dieu l'a fait pour chaque être qu'il régénère, c'est-à-dire qu'il fait renaître. Il a, dès lors, part au Saint- Esprit. Et qu'opère l'Esprit-Saint en lui? Selon l'épître aux Romains (8 : 16) : « L'Esprit lui-même atteste notre esprit que nous sommes enfants de Dieu ».
As-tu reçu pareil témoignage?
Ou bien dois-tu répondre « non », quand on te demande si tu es un enfant de Dieu? Peut-être soupires-tu : « Je l'espère... ». Dans ce cas, tu n'es pas encore né de nouveau. Et là, tu cours un danger grave. Malgré ton christianisme, il te manque Jésus-Christ. Peut-être es-tu depuis des années sur le chemin de la foi « chrétienne », et cependant tu n'as aucune assurance du salut, aucune certitude du pardon de tes péchés. Oh ! comme tu es indigent, malgré tout ! A quoi sert ton « christianisme », Si Dieu, par son Esprit, ne crie pas encore « oui » en toi ! Ne vois-tu pas que, dans ta vie, tout cela n'était que façade et illusion?
Voilà qui est bien fait pour t'intriguer !
— « Mais peut-on vraiment savoir qu'on est sauvé?
— Naturellement; on doit le savoir! La première Epître de Jean (5 : 18) déclare : « ...afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle... », et celle aux Ephésiens (1 : 9) : « ...I1 nous a fait connaître le mystère de sa volonté... » Si vous me demandiez maintenant : « êtes-vous marié? » que diriez-vous si je répondais « je l'espère »? Vous réagiriez tout de suite : il y a là quelque chose de bizarre ! Au contraire, à une telle question je puis donner une réponse précise, parce qu'il y a eu un contrat, une cérémonie, des témoins, bref, des faits : je sais que je suis marié.

Beaucoup s'imaginent qu'il est pharisien de prétendre : je suis un enfant de Dieu. A cela je réplique que si je puis déclarer : j'ai l'assurance du salut, du même coup j'atteste que je ne sais pas pourquoi, car j'étais un misérable pécheur. Je n'ai qu'une explication : Dieu m'a aimé moi aussi, et a donné son Fils pour mes péchés, dans la mort ignominieuse de la Croix.

Ami, viens, toi aussi, à la nouvelle naissance aujourd'hui, et, par là, naturellement, à la certitude du salut !

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères