La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets

10. Comment puis-je parvenir à la nouvelle naissance ?

Auteur :
Type : Livre en ligne
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Carnets Croire & Servir   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets
  2. La Nouvelle Naissance
  3. Premier Signe : L'assurance du Salut
  4. Second signe : La vie nouvelle se manifeste
  5. Troisième signe : L'esprit de prière
  6. Quatrième signe : Faim de la Parole de Dieu
  7. Cinquième signe : Les assauts de l'Ennemie
  8. Sixième signe : La victoire sur la tentation
  9. Septième signe : L'attente de Christ
  10. Comment puis-je parvenir à la nouvelle naissance ?

Est-ce la question que tu poses?
Plaise à Dieu, car alors tu as déjà commencé à te réveiller de ton sommeil de mort. Peut-être as-tu été troublé par ces lignes. Pourvu qu'il t'arrive comme à Nicodème ! Bien qu'il vînt de nuit vers Jésus, et qu'avec sa vie religieuse il n'eût pas l'expérience de la nouvelle naissance, il attendait de lui tout autre chose que ces mots : « il faut que tu naisses de nouveau ! » Il est frappé de stupeur par cette condition. Verra-t-il l'écroulement de toute sa vie passée, déclarée entièrement vaine? Dieu allait-il méconnaître toute sa piété? Jésus ne voit-il pas à qui il a affaire? Quel coup pour cet homme ! D'un mot, Jésus réduit à néant son existence entière : « ce qui est né de la chair est chair » (Jean 8 : 6). Aux yeux de l'Eternel ne compte qu'une créature nouvelle (II Cor. 5 : 17) ; tout le reste, bon ou mauvais, n'a aucune valeur. A la Croix, Dieu a condamné toute chair en Jésus-Christ. Pour l'homme naturel, c'est chose difficile à comprendre. Nous voyons quelle énigme ce fut pour Nicodème.
Et toi, quelles pensées humaines n'avais-tu pas jusqu'à ce jour? Tu crois toujours que « quand on fait son possible, le « Bon Dieu » arrangera tout. Mais l'Ecriture se fait catégorique, par le prophète Esaïe (64 : 5) : « Toute notre justice est comme un vêtement souillé ». Autrement dit, tout ce que l'homme peut faire de bien est entaché de péché. Dès la naissance, le coeur est entièrement corrompu et doit être renouvelé. C'est un mensonge satanique, que cette théorie du « bon fonds de l'homme ». Depuis la chute, ce bon fonds n'existe plus à aucun titre. Selon le même verset cité plus haut, « Nous sommes tous comme des impurs ». Tous nos efforts d'amélioration reviennent à couvrir un cadavre de vêtements somptueux : cet homme mort n'en devient pas vivant. C'est ce que Nicodème reconnut devant Jésus ; intimement remué, il demande alors : « Comment cela peut-il se faire? » (Jean 3 : 9).
Ici nous en venons au passage, pour toi, le plus important : « Comment puis-je naître de nouveau? » Le Seigneur a répondu à cette question très simple, et montré un chemin.

Veux-tu le suivre dans l'obéissance?
Si oui, il se produira dans ta vie le grand miracle de la nouvelle naissance.

Maintenant se dresse encore une question, à laquelle je voudrais répondre de deux manières.

1. Peux-tu faire quelque chose pour ta nouvelle naissance?

Non ! rien du tout. La nouvelle naissance, en soi, est un don de Dieu, un miracle ; tu ne saurais la provoquer. Ta mère a subi des douleurs mortelles pour te donner la vie. Et toi, tu n'as fait qu'arriver, sans souci aucun. C'est là, ce qui se passe dans une proportion infiniment plus grande pour la nouvelle naissance. « Un autre » a souffert, a saigné pour toi, cloué à un bois : Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant. Il t'a enfanté dans les plus affreuses douleurs en portant sur lui les péchés du monde (Jean 1 : 29). Son âme a accompli cette oeuvre que des mots ne rendront jamais (Esaïe 53 : 11). Il est mort pour te donner la vie.
Veux-tu reconnaître l'étendue de ta culpabilité devant la face de Dieu ? Alors lève les yeux vers cette Croix, où Dieu t'a condamné en son Fils.
Veux-tu aussi voir combien Dieu t'a aimé et m'a aimé ? Alors contemple de nouveau la Croix, où il a offert un tel sacrifice. Le Seigneur Jésus exprime l'amour de Dieu d'un petit mot : « Car » (Jean 3 : 16) : « Car Dieu t'a tellement aimé qu'il a donné Son Fils unique... »

Fais silence un instant. Regarde : là-bas, à la Croix pend le Sauveur. Prétendrais-tu faire toi-même ce que seul le Fils de Dieu était en mesure d'accomplir? Demande-toi le prix qu'il a payé pour t'apporter la vie nouvelle.
Il pend là, comme le maudit (Galates 3 13).
Tout d'abord les hommes le maudissent et se moquent de lui.
Ensuite, le soleil, — dont il est dit : « le soleil s'obscurcit ».
Ensuite la terre : « la terre trembla » (Matthieu 27 : 51), oui, comme si la terre avait voulu se débarrasser du maudit.
Alors s'abattit sur lui la douleur la plus terrible pour le Fils de Dieu, lorsqu'il s'écria : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? » Là, Dieu maudissait son Fils unique, pour pouvoir te sauver.
Mais ensuite seulement retentit, triomphant, le cri de Jésus : « Tout est accompli ! » Et dès lors l'oeuvre du salut fut accomplie pour toi aussi.

Voilà pourquoi tu n'as plus rien à faire pour ta nouvelle naissance : Jésus seul avait le pouvoir de s'en charger !

2. Peux-tu faire quelque chose pour ta nouvelle naissance?

Encore une fois, non! Et cependant, cela dépend quand même de toi de parvenir ou non à la nouvelle naissance... Dieu a tout pris sur lui, comme nous l'avons vu, pour que tu puisses devenir son enfant. Alors, quel sera ton rôle? Te convertir ! « Je suis vivant ! dit l'Eternel; ce que je désire, ce n'est pas que le méchant meure, c'est qu'il se convertisse, qu'il revienne de sa conduite, et qu'il vive » (Ézéchiel 33 : 11).

La conversion est-elle la nouvelle naissance? Non. Conversion et nouvelle naissance sont deux choses. Mais une véritable conversion, sincère, a pour suite immédiate la nouvelle naissance. Conversion ne signifie rien d'autre que « croire à Jésus-Christ ». Qu'est-ce alors que la conversion ? La conversion est le « Oui » de l'homme à Dieu. Qu'est-ce que la nouvelle naissance? La nouvelle naissance est le « Oui » de Dieu à l'homme.

Quel trésor pour toi, mon ami ! Maintenant, viens à la Croix ! Fais marche arrière, et va vers ton Sauveur ! Crie-lui maintenant : « Oui, Seigneur, je viens, tel que je suis; fais-moi grâce, à moi, pauvre pécheur ! » Alors le Seigneur te répondra : « Oui, mon fils, ma fille, le te donne la vie éternelle ; tes péchés sont pardonnés ! » Pour connaître la nouvelle naissance, il t'est demandé cette chose : reçois Jésus comme ton Sauveur personnel !


Nous arrivons à la fin de ce message. J'ai cependant la conviction que maintenant l'Ennemi viendra pour élever quantité d'objections, et t'embarrasser de difficultés. Il murmurera : « Tu n'es pas encore arrivé assez loin », ou bien : « Ce n'est pas si simple que cela ».

Alors je voudrais te crier : n'écoute surtout pas le roi des menteurs, qui t'a trompé depuis si longtemps.

Ecoute maintenant Jésus : « Viens!, dit-il, si vous ne vous convertissez et ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux » (Matthieu 18:3).

Ne veux-tu pas venir et prendre comme un enfant ce qui t'est préparé?
— Prendre quoi? — Un cadeau ! — Quel présent?
— Lis encore attentivement Jean 3 : 16 « Car Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique... » Qui dois-tu maintenant recevoir? Le don que Dieu te fait à toi : Son propre Fils. J'insiste encore, je t'en supplie : « prends » Jésus-Christ maintenant dans ton coeur, puisque : « A tous ceux qui l'ont reçu, à ceux-là Il a donné le pouvoir de devenir Enfants de Dieu ! » (Jean 1 : 12).

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères