La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets

2. La Nouvelle Naissance

Auteur :
Type : Livre en ligne
Thème : Rencontrer Dieu
Source : Carnets Croire & Servir   
Publié sur Lueur le
Partager
Sommaire :
  1. La Nouvelle Naissance : ses signes, ses effets
  2. La Nouvelle Naissance
  3. Premier Signe : L'assurance du Salut
  4. Second signe : La vie nouvelle se manifeste
  5. Troisième signe : L'esprit de prière
  6. Quatrième signe : Faim de la Parole de Dieu
  7. Cinquième signe : Les assauts de l'Ennemie
  8. Sixième signe : La victoire sur la tentation
  9. Septième signe : L'attente de Christ
  10. Comment puis-je parvenir à la nouvelle naissance ?

Il est des paroles de Jésus qui ne nous quittent plus : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu » (Jean 3 : 3).

Il y a croyants et croyants, les chrétiens véritables, et les chrétiens de nom. Or Satan, l'ennemi des âmes, est le grand perturbateur. Il s'entend à créer la confusion, précisément là où se posent des problèmes vitaux. L'homme qui ne connaît pas encore Jésus-Christ comme son Sauveur cherche son bonheur où il le peut, et il pense évidemment : — « Il y a tant d'Eglises, de Communautés, de sectes et autres groupements que l'on ne sait guère qui dit la vérité et qui profère le mensonge ». C'est bien là la tactique de l'Ennemi, qui veut que toi, comme bien d'autres, tu n'arrives pas non plus à la certitude de ton salut. Mais, il y a une chose qu'aucun de nous ne conteste, c'est que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, ne peut pas mentir. Il a hautement affirmé être lui-même la Vérité (Jean 14 : 6). Crois-tu cela? Ne veux-tu pas croire à sa Parole, comme étant la Vérité absolue? Au reste, cela ne m'étonne pas que tu aies été trompé par bien des gens, même par des chrétiens, qui ne vivent pas comme ils le donnent à croire. Tu dis : — « J'ai perdu toute confiance dans les hommes », et tu n'es, certes, pas le premier. Mais qu'as-tu contre Jésus, le Fils de Dieu, qui, pour toi, a abandonné sa gloire, est venu dans le monde comme un simple homme, et a subi pour toi le châtiment sanglant de la Croix? Sa parole possède l'autorité divine ! Ecoute :

— « En vérité, en vérité, si quelqu'un ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu ».

Désormais la question capitale est pour toi comme pour moi : « Suis-je né de nouveau? » En d'autres termes : « Ai-je expérimenté ce renouvellement du coeur, nécessaire pour devenir un enfant de Dieu? »

Tout d'abord, de qui Jésus exige-t-il ces choses? De Nicodème, que l'Evangile nous présente comme « un homme d'entre les pharisiens, un chef des Juifs » (Jean 3 : 1).

Que pouvait-on dire de lui?

1. Il avait une certaine connaissance de Dieu.

En effet, il dit : « Maître, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu » (Jean 3 : 2). Il avait donc des convictions ; il était très religieux même. Il avait certainement fait des expériences dans le domaine de la foi. Il est intéressant d'observer que quatre-vingts personnes sur cent, quand on leur demande : « Etes-vous un enfant de Dieu? », donnent cette réponse : « Oh ! bien sûr, si je n'avais pas la foi, je n'aurais pas surmonté tant d'épreuves; n'ayez crainte, je prie beaucoup ! » — Fort possible, mais ce n'est pas encore un signe de la nouvelle naissance. Dieu se montre un Dieu qui a compassion. Sûrement s'est pour vous souvent réalisée la parole du Psaume 50 : 15 : « Invoque-moi au jour de la détresse : je te délivrerai et tu me glorifieras ! » Et néanmoins, vous n'avez pas la certitude ni la joie d'être un enfant de Dieu.

2. Nicodème avait une « Bible », bien plus, il connaissait sa Bible.

Cependant, Jésus lui pose une condition : « Il faut que tu naisses de nouveau ». Bien des gens ont une Bible, comme ornement ou par « tradition chrétienne ».

Un de mes amis, pasteur en Autriche, visitait une « chrétienne » ; sur une commode, il avise une Bible, dont l'aspect montrait nettement qu'on ne l'ouvrait jamais. — « Alors, fit-il, cette Bible devrait bien paraître un peu plus défraîchie...! — Mais la dame de rétorquer : Oh ! non, nous vénérons bien trop la Bible ! »

Ami, si tu possèdes le Saint Livre, et si tu t'y intéresses, alors lis-le, et tu sauras que ce n'est pas de détenir ce volume qui te conduira à la nouvelle naissance, mais d'accepter Jésus-Christ comme ton Sauveur. C'est justement lui que l'Ecriture nous révèle.

3. Nicodème avait une « Eglise » (une Synagogue).

Il est, en effet, nécessaire qu'un croyant né de nouveau se rattache à une communauté qui croit à la Bible entière. Les enfants de Dieu qui restent isolés ont une sorte de christianisme de bohémiens. Ils oublient cette grande vérité qu'une assemblée locale pleinement fondée sur la Bible est la forme visible de l'Eglise invisible de Jésus-Christ. Mais voilà la contrepartie : beaucoup de « chrétiens » se sentent très à l'aise, cachés dans leur Eglise, à l'abri des murs de leur Assemblée. « Cela me suffit », disent-ils. « Je suis baptisé, j'ai été confirmé, je vais de temps en temps au culte. Qu'est-ce que Dieu pourrait exiger de plus? Ma vie est droite, et je ne fais de tort à personne ». Pauvre homme ! Peut-être ne sais-tu pas ou ne veux-tu pas savoir que par cette attitude tu fais le plus grand tort à Dieu. Tu ressembles à Nicodème, qui avait tout l'extérieur de la « religion ». Il avait aussi une église, mais il n'était pas né de nouveau. Il n'avait pas accepté par la foi Jésus comme son Sauveur personnel et, malgré tout l'attirail de sa religion, il restait devant Dieu un homme perdu. Comme on frémit en pensant que beaucoup de fidèles d'une Eglise, d'une Assemblée, d'une Association, iront en enfer, en dépit de l'avenir céleste qu'ils se sont forgé, s'ils ne passent pas par la nouvelle naissance !

Lecteur, c'est ma prière la plus instante que, aujourd'hui, tes yeux s'ouvrent sur l'état véritable de ton âme.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Merci de ne mettre que des commentaires cordiaux et constructifs. Tout commentaire abusif sera supprimé et le compte bloqué.
Pour ajouter un commentaire, connectez-vous.
Reste 2000 caractères